Vite compris le 28 avril

Temps de lecture constaté 2’40

Le gouvernement lance un simulateur d’aides à destination des jeunes • Son petit nom ? « La boussole » ! Le simulateur servira à calculer le montant des aides auquel les jeunes ont droit en fonction de leur situation. « Il doit permettre d’inverser le réflexe: désormais, le jeune nous dit qui il est et on lui dit comment on peut l’aider», a expliqué à l’AFP Sarah El Haïry, la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse. L’objectif est avant tout de lutter contre le non-recours aux aides des jeunes. Qui se retrouvent parfois éligibles à certaines d’entre elles sans le savoir. Ce simulateur d’aides sera disponible sur le site du gouvernement #1jeune1solution, qui avait été lancé en juillet 2020.

Légère baisse du chômage au premier trimestre • Après une augmentation en fin d’année 2020, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi a diminué d’un peu plus de 14 000 en moyenne de janvier à mars en France. Un infléchissement mesuré donc, qui porte le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A à 3,8 millions de personnes. Autant dire que le nombre d’inscrits à Pôle emploi est resté « globalement stable » au premier trimestre, comme l’explique Élisabeth Borne, la ministre du Travail. Et pour cause, la baisse enregistrée n’est que de 0,4 % en France entière, hors Mayotte. « Les aides massives ont permis de contenir le chômage : il a augmenté de 8 % l’année dernière, de plus de 25 % lors de la crise de 2008 », a ajouté Élisabeth Borne. En revanche, malgré la réussite des aides, le pourcentage des inscrits depuis un an a dépassé les 50 %.

Bruno Le Maire et son homologue allemand favorables à un impôt minimum pour les entreprises • La proposition est américaine et les ministres français et allemand des Finances, Bruno Le Maine et Olaf Scholz, s’y montrent favorables. L’idée : établir à 21 % le taux d’imposition minimum des grandes entreprises et de leurs profits. C’est lors d’une interview commune que les deux ministres ont exprimé leurs voix concordantes. Il s’agirait d’une première, si un tel seuil était instauré. Jusque-là, Bruno Le Maire défendait un seuil bien inférieur de 12,5 %, il aura donc infléchi sa position. « Les gens en ont marre que les grandes entreprises ne paient pas leur juste part de l’impôt », a-t-il déclaré. Reste encore à transformer l’essai sur le plan international. Le sujet est justement âprement discuté au sein de l’OCDE par ses 137 pays membres. Olaf Scholz et Bruno Le Maire se disent confiants sur la possibilité d’un accord international « cet été ».

Le chômage partiel reste à un niveau très élevé • Malgré le durcissement des mesures sanitaires en mars, le recours au chômage partiel n’a que légèrement augmenté. 2,3 millions de salarié·es du privé, soit 12 % du total, ont été placé·es dans ce dispositif, contre 2,2 millions en février, selon une estimation du ministère du Travail. À raison de 86 heures par salarié·e en moyenne, soit deux semaines et demie, ce sont 197 millions d’heures qui ont été prises en charge, contre 164 millions en février. Le montant des allocations remboursées aux entreprises atteindrait 2 milliards d’euros, après 1,7 et 1,6 milliard respectivement sur janvier et février. En revanche, le recours au dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD), reste limité. Il ne concernait en mars que 11 % des salarié·es placé·es en activité partielle au total, soit 253 000 personnes.

Les cadres veulent fuir la capitale • Du moins, c’est ce qu’il ressort d’une étude menée par Cadremploi et publiée mardi 27 avril. Le site de recrutement a constaté une hausse de 30 % du nombre de candidat·es qui recherchent un emploi en région entre mars 2020 et mars 2021. D’ailleurs, sur ce dernier mois, près d’un·e cadre sur cinq a recherché un emploi hors Île-de-France. Même si les plus jeunes cadres plébiscitent toujours la capitale, en raison du démarrage de leur carrière. Mais dès que les cadres franchissent le pas, ils visent le plus souvent la Loire-Atlantique, la Gironde et le Rhône. Des destinations qui ont l’intérêt de se situer à moins de trois heures de TGV de la capitale… Une fuite en douceur tout de même !

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.