Vite compris le 22 avril

Temps de lecture constaté 2’30

L’origine de la viande devra être indiquée dès cet été dans les cantines • Après la polémique sur les menus sans viande à la cantine, c’est maintenant l’origine de la viande qui arrive dans les assiettes de nos enfants qui fait débat. « À partir de cet été, on va imposer que l’origine de la viande dans toutes les cantines et dans toute la restauration soit indiquée, même l’origine de la volaille », a annoncé Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. La viande dans les cantines reste aujourd’hui en majorité extra-européenne. Les poulets proviennent notamment du Brésil ou d’Ukraine. « En tant que parent, j’ai envie de savoir quelle est la nature de la nourriture que mangent mes enfants », a fait savoir Julien Denormandie.

Les Français·es connaissent mieux leurs droits à la retraite  • C’est ce qu’il ressort d’une enquête de la Caisse des dépôts. « Il faut y voir l’effet, peut-être du débat public sur les retraites fin 2019 et début 2020, et, plus certainement, de la systématisation du droit à l’information (DAI) dont n’avait bénéficié qu’une partie des personnes interrogées en 2012 », explique l’économiste Luc Arrondel. La connaissance des droits des futur·es retraité·es s’est donc fortement améliorée depuis 2012 notamment grâce à l’envoi des relevés de carrière. La progression reste plus contenue pour les Français·es qui disposent des moins hauts revenus. En outre, les jeunes de moins de 35 ans semblent aussi avoir une connaissance plus réduite de leurs droits à la retraite.

Les embauches reprennent • C’est l’une des bonnes nouvelles de ce début d’année 2 de la crise sanitaire. La Caisse nationale des Urssaf vient d’annoncer ce mercredi 21 avril une hausse des déclarations d’embauches de plus d’un mois hors intérim. Sur le premier trimestre 2021, soit juste avant le premier confinement, la progression est de +6,4 %, notamment grâce aux recrutements dans les TPE. Une évolution sans commune mesure avec la progression de 72,5 % enregistrée au troisième trimestre 2020, à la suite d’une chute historique de 40,1 % au printemps 2020. Sur un an, le nombre d’embauches de plus d’un mois reste toutefois en baisse de 6,7 %. Mais la progression du premier trimestre 2021 laisse présager une atténuation des effets de balancier dus aux assouplissements et aux durcissements sanitaires qui se succèdent.

Accor subit une lourde chute de son chiffre d’affaires au premier trimestre • Dur début d’année 2021 pour le groupe Accor. Le premier groupe hôtelier européen a fait état d’un chiffre d’affaires de 361 millions d’euros sur la période janvier-mars. Soit une baisse de 48 % en données comparables par rapport au premier trimestre de 2020. Aussi, le revenu par chambre disponible, indicateur clé de la rentabilité de l’industrie hôtelière, a reculé au premier trimestre de 64,3 % sur un an. Sur les quelque 5 000 hôtels exploités par Accor dans environ 110 pays, 87 % sont ouverts au 19 avril 2021, ajoute le groupe. « Nos performances du premier trimestre sont sans surprise. Les tendances globales d’activité s’améliorent légèrement et l’accélération du rythme de déploiement de la vaccination permettent d’entrevoir un rebond particulièrement dynamique », a déclaré le PDG d’Accor, Sébastien Bazin.

La Fondation Ikea promet un milliard d’euros pour la lutte contre le réchauffement climatique • Les grands groupes, en (majeure) partie responsables des émissions de gaz à effet de serre sur la planète commencent à mettre la main à la poche pour inverser la tendance. C’est le cas de la Fondation Ikea, du géant suédois de l’ameublement. La marque promet un don d’un milliard d’euros pour réduire les émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre. Les fonds, qui seront alloués sous forme de subventions sur cinq ans, cibleront des programmes susceptibles d’obtenir des résultats à court terme. Per Heggenes, directeur général de la fondation, a notamment cité en exemple la nécessité de remplacer les centaines de milliers de générateurs diesel utilisés dans les communautés à faibles revenus de nombreux pays en développement et de créer des réseaux énergétiques alimentés par des énergies renouvelables. Un moindre mal pour Ikea.

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.