CarPrecium, des enchères d’autos pas comme les autres

Temps de lecture 2’20

On enchérit en ligne pour des voitures… garanties par un commissaire-priseur sur avis d’expert. Une première en France.

Acheter une voiture – de collection, récente, de marque, de prix – aux enchères et en ligne ? À part le site hollandais Catawiki dont l’expertise se limite à un examen de la fiche de la voiture en question et qui se contente de finaliser une vente à une date et une heure donnée, peu de plates-formes existent. Mais l’on détient, en France, une perle rare en la matière, CarPrecium. Cette fois, les voitures sont estimées par de « vrais » commissaires-priseurs avec ce qu’implique ce statut : un droit très encadré, des professionnel·les diplômé·es, détenteur·rices d’un agrément, tenu·es à ce qui caractérise l’enchère française, une garantie.

Dans ce cadre très normé, le commissaire-priseur, par experts interposés, lève le capot des autos qu’il ou elle accepte de vendre. Et non seulement l’acheteur est rassuré sur l’état réel du véhicule, mais il enchérit un jour et une heure donnés en direct, face à des acheteurs réels en ligne. En vidéo, le meneur de jeu brandit son marteau. L’acheteur·se a souvent même pu se déplacer pour voir et essayer la voiture chez le vendeur.

CarPrecium n’est pas une start-up née d’une idée sur le papier. Il s’agit d’une joint-venture au carrefour de deux compétences, la maison d’enchères Millon d’une part, créée en 1925, dirigée par Alexandre Millon, un acteur majeur du marché de l’art à Drouot, et un agrégateur mondial d’offres de voitures (et de motos) d’occasion, unique en son genre, Leparking.fr, né du savoir-faire de Fabrice Fournier. La plate-forme qui unit Millon et Leparking est dirigée par Guillaume de Lusigny, un pro de l’enchère d’art venu de chez Millon.

Commission limitée
Chacune des young ou oldtimers, dans sa catégorie – CarPrecium invente des « lots » comme dans une salle des ventes – a été expertisée selon un cahier des charges de 150 à 200 points de contrôle. Grâce à la formidable base de données des quelque 17 millions d’annonces du Parking.fr tirées des 500 ou 600 sites « aspirés » dans le monde entier par un logiciel de haute techno, le commissaire-priseur est à même d’informer les acheteurs sur la « rareté » relative du modèle. Et comme la vente est 100 % en virtuel quoiqu’en direct, l’économie de la logistique démesurée qu’il faudrait mettre en place pour réunir les voitures bénéficie aux acheteurs : la commission de CarPrecium se limite à 14,40 % du montant de la vente. « Tout simplement, explique Guillaume de Lusigny, parce que nous nous sommes calés sur les traditionnels 14,40 % des “frais judiciaires” d’une vente forcée. » Un avantage appréciable quand une vente aux enchères se joue dans le feu de l’action.

Placement, mais pas seulement
Un feu de l’action du reste très particulier en la matière. Les voitures de collection constituent désormais un placement sûr, mais jamais mû par le seul souci de la rentabilité. « Nous créons des communautés de passionné·es », confirme le directeur de CarPrecium en pleine préparation de pistes et idées nouvelles.

Ci-dessous, en direct du site, les prochaines ventes programmées.

(Message personnel : je cherche une DS Citroën finition Pallas… !)

OM

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.