Vite compris le 13 avril

Temps de lecture constaté 2’40

En Angleterre, les terrasses des restaurants, cafés et pubs peuvent rouvrir • « Je suis sûr que ce sera un énorme soulagement pour les propriétaires d’entreprises fermées depuis si longtemps et pour tous les autres, c’est l’occasion de recommencer à faire certaines des choses que nous aimons et qui nous ont manquées », s’est félicité Boris Johnson, le Premier ministre britannique. Et pour cause, depuis lundi 12 avril, les Anglais·es peuvent de nouveau investir les terrasses des restaurants, cafés et pubs ! Après un long hiver confiné… La situation épidémique s’est nettement améliorée, le pays compte désormais moins de 50 décès par jour et moins de 3 000 patient·es atteint·es de la covid-19 seraient traité·es dans les hôpitaux. Le bout du tunnel pour l’Angleterre ?

Les autotests covid sont disponibles en pharmacie • Un mois après le feu vert de la Haute autorité de santé, les autotests nasaux arrivent dans les pharmacies de France et de Navarre. L’arrêté publié au Journal officiel précise qu’ils coûteront dans un premier temps 6 euros pièce et seront vendus par boîte de cinq, soit 30 euros la boîte. Côté production, quatre fabricants ont été agréés par les autorités sanitaires, mais un seul industriel – l’entreprise d’insertion par l’activité économique AAZ – sera en mesure de livrer ces tests dans les officines. Tout le monde peut acheter ces autotests à ses frais, sans prise en charge de l’Assurance-maladie, contrairement aux tests antigéniques et PCR, pratiqués par des professionnel·les et plus fiables. À partir du 15 mai, le prix de vente au public chutera à 5,20 euros, et les pharmacien·nes auront droit à 1 euro de rémunération de l’Assurance-maladie pour la délivrance de dix tests. L’État a également commandé cinq millions d’autotests qui seront déployés via les agences régionales de santé et les centres communaux d’action sociale.

Veolia accepte d’augmenter son offre pour Suez • Enfin… ! Un accord a finalement été trouvé entre Veolia et Suez, le premier a finalement accepté de revoir son offre à la hausse : prix de 20,50 euros par action Suez, le niveau fixé par la « cible », soit 1,4 milliard de plus par rapport aux 18 euros proposés par Veolia et payés en octobre 2020 à Engie. Les deux spécialistes de la gestion des déchets et de l’eau seraient donc parvenus à un « accord de principe », en vue d’un rapprochement. Qui a mis du temps à se dessiner, la justice s’en est d’ailleurs mêlée à plusieurs reprises. Désormais, l’accord conclu le 11 avril débouche sur la constitution d’un nouveau groupe Suez, qui devrait peser 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires et constitué d’activités de Suez dans l’eau municipale et le déchet solide en France, y compris le Cirsee, principal centre de recherche sur l’eau et l’environnement en France.

Total va investir massivement en Ouganda • Le pétrolier français voit grand, très grand, puisqu’il s’apprête à investir plus de 5 milliards de dollars afin de produire 230 000 barils de brut par jour à compter de 2025. « C’est un développement très important, l’un des plus importants qui sera développé sur le continent », a précisé le PDG de Total, Patrick Pouyanné. Le montant global est même plus élevé, mais Total détient 57 % du projet ougandais aux côtés du pétrolier chinois Cnooc et de la compagnie nationale ougandaise. En parallèle, les ONG élèvent le ton et dénoncent une atteinte non seulement à l’environnement mais aussi aux droits humains. « Plus de 130 puits vont être forés au sein d’une aire protégée, en bordure du lac Albert, et l’oléoduc va traverser des zones humides en Tanzanie », lance Juliette Renaud, des Amis de la Terre, qui pointe aussi « le risque de pollution ». Sans oublier les déplacements de population qu’impliquent le projet de Total : « Quelque 118 000 personnes verront leurs moyens de subsistance affectés, certains ont été victimes d’intimidations et de pressions de la part des autorités pour céder leurs terres », détaille Juliette Renaud.

Nouvelle mobilisation des agriculteur·rices à Lyon pour une meilleure réforme de la PAC • Après une manifestation qui s’était déroulée dans le bassin parisien, à l’initiative de la FNSEA,  un nouveau rassemblement d’agriculteur·rices a eu lieu à Lyon, orchestré cette fois par le syndicat de la Confédération paysanne. Avec un même objectif : mieux répartir les aides issues de la Politique agricole commune (PAC). « La PAC fournit des aides basées sur la taille de la ferme. Une incitation à gagner toujours plus d’espace qui fragilise l’agriculture française et réduit la diversité du marché rural », dénonce la Confédération paysanne. Le syndicat plaide aussi pour de nouvelles aides pour les petites fermes.

Sanofi va construire une usine à Singapour • Le groupe pharmaceutique français s’apprête à élargir ses capacités de production et sa portée sur les marchés asiatiques, à défaut d’avoir pu mettre sur le marché son vaccin anti-covid. C’est à Singapour que Sanofi va investir 400 millions d’euros sur cinq ans, pour la création d’un site qui vise à approvisionner le continent asiatique en vaccins. Un projet qui devrait mener à la création de 200 emplois et renforcer le positionnement de Singapour comme pôle d’innovation régional pour le secteur de la santé. Conçu sur le même modèle que la future usine de Neuville-sur-Saône dévoilée en juin 2020, le nouveau site fera appel à des technologies de fabrication numérique de pointe et pourra produire trois ou quatre vaccins simultanément, contre un seul dans les sites industriels actuels. « Nous voulons renforcer nos capacités de production pour répondre à la demande mondiale de vaccins qui augmente de façon exponentielle et être capables de réagir plus rapidement en cas de future pandémie », a indiqué Thomas Triomphe, responsable de Sanofi Pasteur.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.