Vite compris le 2 avril

Temps de lecture constaté 2’40

L’agence de notation Moody’s sanctionnée par l’Esma • Fin mars, l’Autorité européenne des marchés financiers a annoncé avoir sanctionné l’agence de notation Moody’s d’une amende de 3,7 millions d’euros en raison d’une négligence sur la prévention de conflits d’intérêts. En détails, cinq entités Moody’s ont été rappelées à l’ordre dont la branche britannique (amende de 2,7 millions d’euros), et les entités allemande (340 000 euros) et française (280 000 euros). Moody’s aurait enfreint l’interdiction d’émettre de nouvelles notations alors qu’« un actionnaire est issu d’une agence de notation et dépasse le seuil de propriété de 10 % et/ou est membre du conseil d’administration de l’entité notée », précise l’Esma dans un communiqué. « Des politiques et procédures internes inadéquates » ont aussi été décelées.

Le vaccin Pfizer/BioNTech prouve son efficacité sur la durée • C’était l’une des grandes questions de la campagne de vaccination. Les derniers résultats publiés par Pfizer et BioNTech ont de quoi rassurer. Selon les études sur le long terme menées par les deux laboratoires sur près de 50 000 personnes, leur vaccin à ARN messager resterait efficace à 91,3 % pour prévenir les cas symptomatiques après six mois. Contre 95 % dans les mois qui suivent les deux injections. En outre, l’alliance Pfizer/BioNTech affirme que son vaccin conserve également une efficacité élevée contre le variant sud-africain, aucun cas de covid-19 n’ayant été observé lors d’un essai de phase 3 qui a permis de suivre 800 participant·es en Afrique du Sud jusqu’à six mois après leur deuxième injection. Il s’agit « des premiers résultats cliniques montrant qu’un vaccin peut protéger efficacement contre les variants actuellement en circulation, un facteur essentiel pour atteindre l’immunité de groupe et mettre fin à cette pandémie pour la population mondiale », assure Ugur Sahin, PDG et cofondateur de BioNTech. En 2021, Pfizer et BioNTech comptent fabriquer jusqu’à 2,5 milliards de doses de leur vaccin.

Bercy réévalue à la hausse le coût de ses aides aux entreprises • À chaque tour de vis sanitaire son lot de surenchère des coûts et des dépenses publiques. En février, Bercy évaluait à 6 milliards d’euros par mois le coût des aides aux entreprises, à la mi-mars, la facture a été réévaluée à 7,2 milliards à la suite des restrictions concernant 16 départements. Aujourd’hui, l’estimation actualisée s’élève à quelque 11 milliards d’euros mensuels. Autrement dit, le coût des aides a flambé de 80 % en deux semaines, soit 5 milliards d’euros mensuels en plus. Et pour cause, en raison des nouvelles annonces d’Emmanuel Macron, ce sont environ 150 000 commerces qui vont être fermés partout sur le territoire.

Rappel Conso, la plate-forme lancée par le ministère de l’Économie qui recense les produits dangereux • Un projet qui a notamment émergé après les dysfonctionnements rencontrés lors de la gestion du rappel des laits contaminés à la salmonelle en 2018. Et pour les enseignes, il est parfois difficile de connaître et rappeler l’ensemble des consommateur·rices qui auraient acheté un produit dangereux ou défectueux. Sur Rappel Conso se trouvent classés les produits par catégorie (alimentation, automobile etc.), leur nom et photo, le motif associé au retrait des produits recensés et la zone concernée par le rappel. Cependant, cette nouvelle plate-forme, lancée jeudi 1er avril, ne peut répertorier les médicaments et dispositifs médicaux, qui doivent être déclarés à l’Agence nationale de sécurité du médicament, et les produits d’occasion ou reconditionnés, non soumis à l’obligation de déclaration sur le site.

Les fusions et acquisitions dans les cryptomonnaies ont doublé en 2020 • À l’heure de la crise sanitaire, les devises numériques fleurissent. L’an passé, la valeur totale des rapprochements d’entreprises dans le domaine de la cryptographie a ainsi augmenté de quelque 131 % pour atteindre 1,1 milliard de dollars, selon un rapport du cabinet PwC. Derrière la hausse exponentielle du Bitcoin, reine des cryptomonnaies, c’est tout le secteur de la cryptographie qui est en effervescence. La plus grosse transaction de 2020 aura été le rachat par le chinois Binance de CoinMarketCap, un des fournisseurs de données sur les devises numériques les plus sollicités au monde. Un deal à 400 millions dollars, le plus important de l’histoire du secteur. Mieux, la taille moyenne des transactions dans les cryptomonnaies est passée de 19,2 millions de dollars en 2019 à 52,7 millions de dollars en 2020, soit un bond de 174 % ! Même constat du côté du nombre de levées de fonds : +33 %, et de leur montant moyen : +68 %. Malgré leur volatilité imprévisible, les cryptomonnaies pourraient-elles faire office de valeur refuge pour les grands acteurs des marchés face à la crise ?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.