Vite compris le 31 mars

Temps de lecture constaté 2’40

Année record pour le premier distributeur européen d’emballages • L’année 2020 a vu les besoins d’emballages des entreprises exploser, avec la crise sanitaire et la surproduction de produits d’hygiène et de sécurité. Une conjoncture synonyme de gros lot pour Raja, le premier distributeur européen d’emballages. En 2019 déjà, Raja avait réalisé sa plus grosse acquisition en 65 ans d’histoire, en rachetant les activités de l’américain Staples en Europe du Sud. De quoi gonfler considérablement son chiffre d’affaires en 2020. L’explosion de la demande d’emballage pour le e-commerce et de produits d’hygiène et de sécurité a porté le CA de Raja à 1,02 milliard d’euros, soit une hausse de 39,5 % ! Le résultat opérationnel s’est lui élevé à 89 millions, en croissance de 46 %. En France, l’activité du spécialiste de l’emballage a crû de 10 %. Selon la patronne du groupe, pas de doute : « En 2021, c’est l’emballage qui fera la croissance ».

Magazine Science & Vie : démissions en masse ! • Neuf journalistes qui travaillaient pour le magazine Science & Vie, spécialisé dans la vulgarisation scientifique, ont récemment démissionné en raison de « désaccords » avec le groupe Reworld Media, propriétaire depuis l’été 2019. Parmi les démissions : 2 rédacteurs en chef adjoints, 1 chef de service, 1 rédactrice, 1 secrétaire de rédaction, le rédacteur en chef des hors-séries et 3 pigistes réguliers, apprend-on sur les tweets de la Société des journalistes de Science & Vie. Les motifs des départs en masse ? une frontière de plus en plus mince entre rédactionnel et contenu publicitaire, une moindre indépendance aussi. Malgré le soutien de lecteur·rices, une grève de plusieurs jours des journalistes ou encore une motion de défiance à l’encontre de la direction, rien n’a changé…

Les fermetures de classes s’emballent • La situation dans les écoles se tend de jour en jour, au gré du regain des contaminations et de la hausse du taux d’incidence. Conséquence inévitable, les fermetures de classes repartent de plus belle. Selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Éducation lundi 29 mars, 3 950 classes sont désormais fermées contre 3 256 une semaine auparavant, soit une hausse de plus de 21 %. Malgré l’urgence, le ministère de la Rue de Grenelle et Jean-Michel Blanquer s’entêtent à relativiser le chiffre : « C’est une remontée partielle, une tendance. C’est un chiffre approximatif, il est encore trop tôt pour voir l’effet des fermetures pleinement. » Pour autant, les règles se durcissent : depuis ce lundi, un cas positif dans une classe au sein des départements concernés par le nouveau confinement entraîne directement la fermeture de la classe. Pas suffisant pour les syndicats. Le collectif d’enseignant·es Stylos Rouges, qui revendique 74 200 membres, a déposé une plainte contre Jean-Michel Blanquer pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Procès Ikea France : trois ans de prison, dont un ferme, pour l’ex-PDG • L’heure du jugement pour Ikea France. Soupçonnée d’avoir surveillé ses salarié·es et même certain·es client·es, par l’intermédiaire de policiers, l’enseigne a été condamnée à une amende de deux millions d’euros. Pour l’ex-président directeur général Jean-Louis Baillot, la peine s’établit à trois ans d’emprisonnement dont un ferme ! Pour des faits qui, on le rappelle, se seraient déroulés entre 2009 et 2012, mais qui auraient démarré au début des années 2000, estime la procureure, Paméla Tabardel, qui a tenu à rappeler l’enjeu de ce procès : « La protection de nos vies privées par rapport à une menace, celle de la surveillance de masse » ! Les fonctionnaires de police, qui auraient participé à fournir des données sur les salarié·es, ont juré « ne pas se souvenir » d’avoir consulté le fichier Stic (Système de traitement des infractions constatées) et assurent n’avoir tiré aucun bénéfice des opérations. Difficile de prouver leur corruption, « je ne dis pas qu’il y a eu de la corruption, mais je ne vous dis pas qu’il n’y en a pas eu. Cela pose question dans ce dossier », a expliqué la procureure. Et la réponse ?

BioNTech revoit ses prévisions de production à la hausse • Bonne nouvelle, le vaccin Pfizer/BioNTech devrait être produit plus que prévu en 2021. Le laboratoire allemand BioNTech compte sur une augmentation de ses capacités de production pour fabriquer quelque 2,5 milliards de doses de son vaccin développé avec Pfizer avant la fin de l’année. C’est 25 % de plus. Selon le communiqué publié par BioNTech, ce regain d’ambition tient à l’augmentation des capacités de productions en raison d’une « optimisation des processus de productions et de « l’expansion du réseau de production ». Sans oublier l’autorisation de tirer six doses d’un flacon, au lieu de cinq auparavant. Une belle promesse et un sacré défi pour les deux partenaires créateurs du vaccin, qui ont jusqu’ici livré 200 millions de doses dans le monde.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.