Vite compris le 19 mars

Temps de lecture constaté 2’50

En 2020, les paris en ligne ont eu la cote ! • Des performances qui donnent le tournis. Les paris en ligne sportifs, hippiques et le poker ont, en 2020, fait bondir de 22 % le chiffre d’affaires annuel du secteur des jeux en ligne à 1,74 milliard d’euros, selon un rapport de l’Autorité nationale des jeux (ANJ) publié jeudi 18 mars. Par exemple, les mises engagées sur les compétitions sportives ont atteint 5,3 milliards d’euros, soit « le montant de mises le plus élevé généré sur une année depuis l’ouverture à la concurrence en 2010 », pointe l’ANJ. Le nombre de nouveaux·lles joueur·ses a aussi augmenté en 2020, grâce notamment aux confinements successifs, un million de parieur·ses sportif·ives supplémentaires l’an passé par rapport à 2019. Gare toutefois à ne pas basculer dans l’addiction, un sujet qu’a abordé ÉcoRéseau Businessn uméro 77.

Euthanasie : l’Espagne franchit le pas • Après un ultime aller et retour au Sénat et quelques amendements, le Parlement a – en Espagne – approuvé jeudi 18 mars la version définitive d’un texte de loi qui vient légaliser l’euthanasie et le suicide médicalement assisté. La nouvelle loi entrera en vigueur dans trois mois. « Cette loi n’impose rien, au contraire, elle établit que la personne décide en toute liberté quand elle fait usage de ce nouveau droit », a rappelé la députée socialiste Maria Luisa Carcedo. Malgré l’oppposition de l’Église dans le pays, l’Espagne devient le quatrième pays européen à légiférer en ce sens après la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Les Alpes ont perdu un mois d’enneigement depuis un demi-siècle • C’est le principal enseignement d’une étude publiée le 18 mars, la première à évaluer le massif européen dans son ensemble. Une trentaine de chercheur·ses, signataires de l’article dans la revue The Cryosphere, ont estimé qu’entre 1971 et 2019, la période durant laquelle il y a de la neige au sol chaque hiver s’est réduite en moyenne de 22 à 34 jours dans les Alpes, en dessous de 2 000 mètres d’altitude. Pour parvenir à ce constat, les données de 2 000 stations météo de six pays (Italie, France, Allemagne, Autriche, Slovénie, Suisse). Sans être le motif de recherche de l’étude, la cause serait liée – on ne prend guère de risque à le dire – au phénomène de réchauffement climatique.

Le coût de la crise en 2020 revu à la baisse • L’exécutif tablait à l’automne 2020 sur un coût global de la crise covid pour les finances publiques de 186 milliards d’euros pour l’année 2020. Cette estimation est aujourd’hui ramenée à une fourchette de 160 à 170 milliards d’euros. Le coût est toujours considérable, mais toute bonne nouvelle est bonne à prendre pour l’exécutif, en ces temps d’annonces de reconfinement régional. « Entre les pertes de recettes et les dépenses que nous avons engagées pour faire face à la crise, que ce soit pour l’État en termes de dépenses, pour la Sécurité sociale en termes de pertes de recettes liées à la baisse de l’activité, le coût peut être estimé autour de 160 à 170 milliards d’euros », a ainsi déclaré ce mercredi 17 mars au Sénat Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics, qui a également précisé que « ce chiffre n’était pas définitif car nous sommes encore dans la crise sanitaire et épidémique ».

Aides versées aux entreprises, la Cour des comptes alerte • Le très attendu et scruté rapport annuel de la Cour des comptes a été publié jeudi 18 mars. Un an après la mise en place du fonds de solidarité, son bilan est jugé favorable par la Cour : « Créé en deux semaines, il a permis de limiter les effets de la crise par la distribution rapide, au 31 décembre 2020, de 11,8 milliards d’euros d’aides à 1,8 million d’entreprises et d’entrepreneurs individuels et indépendants. » Cependant, l’institution présidée par Pierre Moscovici alerte sur la transformation du fonds de solidarité vers des « mesures plus durables », qui ouvre les portes à des risques de fraudes et de cumul des aides. « Les principes généraux de fonctionnement du fonds n’ont pas évolué en parallèle, celui-ci conservant pour la grande majorité des demandes d’aide une quasi-automaticité de versement reposant sur des informations essentiellement déclaratives ». En clair, une entreprise peut, en toute légalité, bénéficier à la fois d’un PGE, du chômage partiel, de reports d’échéances fiscales et sociales, ainsi que d’aides d’organismes de Sécurité sociale ou de fonds de soutien régionaux. Les magistrats financiers appellent de fait à plus de vigilance pour éviter que les aides ne dépassent le coût du préjudice subi, et à l’instauration de contrôles a posteriori accrus assortis de sanctions en cas de fraude.

Crise sanitaire et vacances des Français·es ne font pas bon ménageAprès plusieurs années de progression constante, le taux de départ en vacances des Français·es de 15 ans et plus a pris du plomb dans l’aile en 2020. Et pas qu’un peu. Selon le dernier baromètre Raffour Interactif/Opodo, il a reculé de huit points par rapport à 2019, à 60 %. De quoi ramener le taux à ce qu’il était il y a 5 ans, que ce soit pour un court séjour (une à trois nuitées) avec hébergement payant ou un long séjour avec hébergement payant ou non. Sans surprise, de fortes inégalités sociales demeurent, et le taux de départ est fonction de la situation économique des ménages. Crise sanitaire oblige, la France, qui est devenue la destination refuge des vacancier·ères, est plus que jamais la première destination.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.