Vite compris le 17 février

Temps de lecture constaté 2’50

La pénurie de conteneurs fait flamber les prix de transport vers l’Europe • Explosion de la demande oblige, les conteneurs acheminant des produits manufacturés exportés d’Asie vers l’Europe n’arrivent pas à suivre. Conséquence : les prix de transport s’envolent et le temps d’attente s’allonge pour les importateur·rices européennes. En chiffres, un conteneur standard de 20 pieds (6 mètres de long et 33,2 m3) qui coûtait à la fin de l’été 1 000 dollars à réserver entre la Chine et l’Europe, se négocie aujourd’hui à plus de 4 400 dollars. La version de 40 pieds (12 mètres de long et 67,7 m3) dépasse, elle, les 10 000 dollars, quasi plus de 5 fois son prix d’il y a six mois. Selon une étude d’Euler Hermes, cet étirement entre offre et demande de transport pourrait, au premier semestre 2021, coûter entre 4,5 et 7 points de marge aux entreprises de la zone euro.

Des locations de vélo de fonction à 70 % pris en charge par l’employeur • Et déductibles à hauteur de 25 % pour les entreprises ! Le pionnier créé en 2018, Zenride, équipe près de 70 entreprises à cet usage dont des grands groupes comme Microsoft, Havas Sport ou Veolia en France. La start-up française dit afficher « une progression record de 500 % de son chiffre d’affaires par rapport à 2019 ». Zenride s’est déployé à Paris, Lyon, Lille, Bordeaux, Nantes et 10 autres métropoles, en s’appuyant sur 60 magasins partenaires indépendants et deux partenariats, avec Alltricks, site d’e-commerce spécialisé dans la vente de vélos, et le deuxième avec Décathlon. Objectif de la jeune pousse : convertir 150 nouvelles entreprises au vélo de fonction. Et anticiper la sortie de crise pour laquelle Thomas Beaurain, cofondateur de Zenride, veut éviter les effets de rush et l’indisponibilité de stocks.

Maintien de l’indemnisation du chômage partiel jusqu’à fin mars • Élisabeth Borne, ministre du Travail, l’a annoncé le mardi 16 février, les conditions actuelles d’indemnisation du chômage partiel vont être maintenues jusqu’à la fin du mois de mars. Pas d’augmentation du reste à charge pour les entreprises en mars donc, comme c’était jusqu’à présent prévu. L’indemnisation à hauteur de 70 % du salaire brut du·de la salarié·e (84 % du net) avec un reste à charge de 15 % pour les entreprises devait en effet passer à 40 % en mars (avec une indemnisation du·de la salarié·e abaissée à 60 %). La date avait déjà été reportée à plusieurs reprises, elle l’est donc à nouveau à cause de la prolongation de la crise sanitaire et des restrictions. Pour les secteurs les plus touchés (tourisme, culture, hôtellerie-restauration…), statu quo : ils continueront de bénéficier d’une prise en charge à 100 %.

La vaccination contre la covid-19 démarrera le 25 février chez les généralistes • Une étape clé dans l’accélération de la vaccination. Dès le 25 février, les personnes âgées de 50 à 64 ans avec comorbidités pourront recevoir une dose d’AstraZeneca auprès de leur médecin généraliste. AstraZeneca seulement pour le moment puisque les conditions de conservation du vaccin sont plus souples (conservation possible dans un simple réfrigérateur entre 2 et 8°). Les médecins devront alors se procurer les premiers flacons au sein de leur pharmacie, une réservation sera nécessaire au préalable. Pour rappel, environ 700 000 doses du vaccin AstraZeneca devraient être livrées dans les officines.

Une baisse en « trompe l’œil » du taux de chômage au quatrième trimestre 2020 • Forte chute du taux de chômage au quatrième trimestre 2020. À 8 % alors qu’il s’élevait à plus de 9 % lors du trimestre précédent. Une baisse « en trompe l’œil » pour l’Insee. Et pour cause, elle s’explique par la façon dont le chômage – au sens du Bureau International du Travail (BIT) – se définit :  il faut en effet avoir mené une démarche de recherche d’emploi au cours des quatre dernières semaines et se déclarer disponible dans les deux semaines pour occuper un emploi, « ces deux comportements, disponibilité et recherche, ont été plus ou moins affectés par les limitations de circulation des personnes et par la perception que ces dernières avaient des possibilités offertes sur le marché du travail en cette période de crise sanitaire », explique l’Insee. Autrement dit, la baisse du chômage au quatrième trimestre se résume davantage par le constat qu’un certain nombre de personnes ont renoncé à chercher un emploi à cause du second confinement.

Carte d’identité numérique, ça se précise… • Nos voisin·es allemand·es devraient bientôt pouvoir présenter leur carte d’identité  sur leur smartphone, dans un souci de modernisation des services publics. Ainsi, dès l’automne, en Allemagne, une carte d’identité numérique sera reconnue par les autorités et les entreprises privées. En France, la carte d’identité numérique devrait aussi entamer son déploiement, à l’été 2021, la procédure avait d’ailleurs pris un peu de retard. En juillet, la députée Christine Hennion, rapportrice de la mission sur l’identité numérique avec Jean-Michel Mis (LREM, Loire), s’inquiétait du retard français : « La France est en retard par rapport à ses voisins européens » […] « Dans un cadre de relance de l’économie par le numérique, c’est important de déployer rapidement une solution d’identité numérique régalienne en France », avait-elle déclaré.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.