Vite compris le 16 février

Temps de lecture constaté 2’45

Vivendi bondit en Bourse Le géant français des médias et de la communication, propriété du tout (trop ?) puissant groupe de Vincent Bolloré, a vu son corps boursier grimper en flèche le lundi 15 février. Les marchés ont salué avec enthousiasme l’annonce de la future scission entre Vivendi et sa filiale Universal Music. Le groupe de Vincent Bolloré a pour objectif de coter sa future ex-filiale en Bourse à Amsterdam d’ici à la fin de l’année. En quelques heures, Vivendi a ainsi gagné 19 % à la Bourse de Paris et voit sa capitalisation boursière passer d’environ 30 milliards d’euros vendredi à plus de 36 milliards d’euros en ce début de semaine. Bolloré se porte bien.

Les soldes d’hiver repoussés de deux semaines • Encore un peu de rab pour les soldes d’hiver ! Qui seront repoussés jusqu’au 2 mars alors qu’ils devaient s’achever ce mardi 16 février. « Nous avons décidé de répondre favorablement à cette demande des enseignes, qui fait consensus », explique le cabinet d’Alain Griset, ministre délégué en charge du commerce. Un certain nombre d’enseignes souhaitaient bénéficier d’une période de rabais supplémentaire en vue d’écouler l’intégralité de leurs stocks, c’est le cas notamment des entreprises du secteur de l’habillement. De leur côté, les commerces qui avaient dû fermer leurs portes – car situés dans de grands centres commerciaux – attendent toujours une date de réouverture…

Photonis, expert français de l’optronique pour les Armées, change de mains mais reste français • C’était l’un des dossiers explosifs des débats autour de la « souveraineté industrielle », érigée en priorité pour l’après-crise. L’entreprise française Photonis, l’une des expertes reconnues des technologies optroniques à usages militaire devrait finalement être vendue au holding HLD, fondé par le Français Jean-Bernard Lafonta. Le rachat devrait être signé dans les prochains jours. Pas d’acquéreur étranger donc, Photonis reste sous pavillon tricolore et devrait bénéficier d’une nouvelle vague d’investissements pour doper ses innovations. Bémol : sa valeur a été nettement revue à la baisse, autour de 370 millions d’euros.

Google condamné à payer une amende d’1,1 million d’euros en France, pour « classement trompeur » des hôtels • Une fois n’est pas coutume, une enquête sur les agissements d’un des tout puissants GAFAM aboutit à une condamnation. En 2019, une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait ainsi démontré « le caractère trompeur du classement des hôtels » par le moteur de recherche américain. En clair, en France, les étoiles attribuées par Google ne reflètent pas la qualité des prestations hotellières. Google s’est rendu coupable d’avoir substitué une classification établie selon ses propres critères à la classification officielle d’Atout France, d’une à cinq étoiles. Après accord avec le procureur de la République de Paris, Google a ainsi accepté de payer une amende d’1,1 million d’euros. Reste qu’avec un chiffre d’affaires en 2020 de quelque 46,2 milliards de dollars pour Alphabet, la maison mère de Google, 1,1 million d’euros de plus ou de moins…

Les restrictions de déplacements se durcissent entre la Guadeloupe et la Martinique • Voilà de nouvelles restrictions pour les déplacements entre les deux îles ! Les préfectures de Guadeloupe et Martinique ont annoncé la nécessité de justifier d’« un motif familial impérieux » pour se déplacer entre les deux îles… et cela dès le mardi 16 février. Motif impérieux d’ordre familial ou personnel, de santé relevant de l’urgence ou professionnel sans différé possible. Cette décision fait suite à la détection du variant anglais. D’autre part, la préfecture de Guadeloupe a rappelé l’interdiction des rassemblements à plus de six personnes sur la voie publique alors que les Jours Gras, qui marquent la fin du carnaval (annulé cette année), approchent.

« Masque sportif », Decathlon lance sa production • Le 13 février, l’enseigne chouchou des Français·es Decathlon a obtenu l’autorisation officielle de l’Association française de normalisation (Afnor) pour démarrer la production de son masque barrière dédié à la pratique sportive en milieu couvert. Il s’agit d’un masque lavable, filtrant et respirant qui coche toutes les cases du référentiel de l’Afnor. La nouvelle pourrait redonner l’espoir aux salles de sport, condamnées à la fermeture depuis plusieurs mois. Car pour rappel, selon une étude réalisée par ComCor en décembre, les salles de sport sont associées à « un risque augmenté » de propagation du virus. Bientôt le bout du tunnel ?

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.