Transition énergétique : Shell y va piano-piano…

Temps de lecture constaté 2’50

Shell entend parvenir à la neutralité carbone à horizon 2050.

Une année à oublier pour le géant des hydrocarbures Shell. En 2020, face à une chute de la demande pour cause de pandémie, l’entreprise anglo-néerlandaise a essuyé des pertes colossales lors du précédent exercice. Un trou d’air estimé à presque 22 milliards de dollars en 2020 pour Shell, c’est davantage que son concurrent BP (autour de 20 milliards de dollars). Crise sanitaire certes, mais à plus long terme – et elle a déjà commencé – c’est bien la crise climatique qui défie les activités de Royal Dutch Shell. Pour l’heure, le géant du pétrole a présenté son plan pour entamer au mieux sa transition énergétique… timide.

Un plan – a priori – bien huilé. À horizon 2050, Shell entend parvenir à la neutralité carbone, donc réduire son intensité carbone nette de 100 % (comparée à 2016). Avec plusieurs étapes successives : -6 à -8 % d’ici à 2023, -20 % d’ici à 2030 et -45 % d’ici à 2035. C’est ce qui a été annoncé jeudi 11 février lors d’une conférence de presse de l’entreprise qui présente son plan climat. Mais c’est la manière d’atteindre ces objectifs qui interroge et divise.

Le plan d’action de Shell
La transition énergétique doit forcément passer par un investissement bien plus prononcé dans les énergies renouvelables. L’entreprise dirigée par Ben van Beurden prépare – et à court terme – un investissement compris entre 5 et 6 milliards de dollars au sein des nouvelles énergies et du marketing en vue d’accompagner ses clients à réduire leurs émissions. Sur ce point aussi, Shell a annoncé mettre sur la table entre 2 et 3 milliards de dollars dans les seules énergies renouvelables dont l’hydrogène. Ce qui représente environ 10 % du total des dépenses d’investissement du groupe toute activité confondue.

« Il est probablement juste de dire que la production de gaz et pétrole va rester stable », a concédé le PDG de Shell. C’est bien là qu’on ne suit plus le plan climat. D’ailleurs, les chiffres ne manquent pas de confirmer l’ambiguïté du groupe anglo-néerlandais : entre 8 et 9 milliards de dollars par an serviront à financer… le gaz et les produits chimiques. Ajoutez à cela que le groupe compte aussi investir 8 milliards de dollars par an dans l’exploration et la production d’hydrocarbures. Transition lente donc du côté de Shell, qui assure tout de même que ses émissions carbone ont atteint leur paroxysme en 2018 et se retrouvent désormais sur une pente descendante. Un sentiment d’aller à la va-comme-je- te-pousse pour les ONG écologistes.

Clairement insuffisant pour les écolos
Un plan « grotesque ». Pas assez sérieux. Voilà comment les ONG écologistes ont fustigé le plan proposé par Shell pour entamer sa transition énergétique. Parmi les réfractaires aux annonces, Greenpeace : « Sans engagement sur une réduction des émissions en valeur absolue grâce à des vraies coupes dans la production de pétrole, cette nouvelle stratégie ne peut pas marcher ni être prise au sérieux », a estimé Mel Evans au nom de l’ONG qui lutte pour la protection de l’environnement. Du côté des analystes, les investissements annoncés par Shell manquent clairement d’ambition, « certains vont être surpris que le groupe ne soit pas plus incisif dans son basculement vers l’énergie renouvelable », a notamment déclaré Russ Mould, analyste chez AJ Bell. Car ce qui a été annoncé en termes de dépenses en faveur du gaz et pétrole reste bien supérieur à ce qui est prévu pour les énergies renouvelables. Une transition très progressive, pour ne pas effrayer les actionnaires ?

On l’aura compris, Shell n’abandonne en aucun cas la production de gaz et pétrole, le canal par lequel il tire la majorité de ses revenus. Et tout chambouler pourrait faire peur aux actionnaires. Pour lesquels l’entreprise se montre aux petits soins : hausse du dividende au premier trimestre 2021. Dans ce sens, Shell veut continuer à augmenter son dividende, d’environ … 4 % par an ! Le « verdissement » – effectif – de Shell patientera encore un peu… GW

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.