En 2020, toujours plus de créations d’entreprises !

Temps de lecture constaté 2’40

En 2020, l’Insee enregistre la création de 850 000 entreprises. Soit 33 000 de plus qu’en 2019.

« Vive la crise ? », titrions-nous  pour un ancien numéro d’EcoRéseau Business en référence à toutes ces entreprises et ces nouveaux métiers nés en pleine tempête sanitaire. On dit souvent que chaque crise rime avec opportunités. Mercredi 3 février, l’Insee a publié une étude qui souligne le boom des créations d’entreprises en 2020. Pas si paradoxal donc, mais reste à savoir quels types de créations d’entreprises ont été observés. Analyse.

Covid ou pas, les initiatives pour lancer son entreprise n’ont pas été stoppées en France. Elles se seraient même accentuées. Car à en croire les données publiées par l’Insee, en 2020, notre pays aurait connu presque 850 000 créations d’entreprises. Soit 33 000 de plus qu’en 2019. Si le premier confinement au printemps 2020 a sèchement freiné le lancement de nouveaux projets, dès l’été et jusqu’à la fin de l’année 2020, les créations d’entreprises se sont multipliées. Oui, mais lesquelles ?

Sursaut des micro-entreprises
Zoom sur les caractéristiques propres à ces nouvelles créations : la hausse globale se résume beaucoup à l’essor des immatriculations d’entreprises individuelles sous le régime du micro-entrepreneur. « Celles-ci s’accroissent de 9 % en 2020, soit 45 900 immatriculations supplémentaires, pour atteindre 547 900 créations », peut-on lire dans la note dévoilée par l’Insee. En 2020, deux entreprises créées sur trois ont été des micro-entreprises. A contrario, les créations d’entreprises classiques (hors micro-entrepreneurs) n’ont pas vraiment augmenté en 2020, elles auraient même diminué de… 13 % !

Si l’on creuse encore un peu plus, c’est dans le secteur de la livraison à domicile que la hausse des créations d’entreprises a été la plus forte l’année passée avec 25 300 micro-entreprises créées en plus. Le confinement et les diverses restrictions sanitaires ont poussé nombre d’entrepreneurs dans cette direction de la livraison à domicile. Qui devrait perdurer après la crise. Concrètement, il s’agit de créations de micro-entreprises qui ne nécessitent pas de qualifications spécifiques et dont la rémunération se révèle particulièrement basse.

Des différences selon les secteurs
Les transports et l’entreposage. Voilà le secteur qui, en 2020, a le plus contribué à la hausse générale des créations d’entreprises : + 18 000 créations, soit + 22 % l’an passé. C’était déjà + 25 % en 2019, tendance de fond donc. Suivent le commerce et les activités immobilières qui complètent le podium des secteurs qui ont le plus concouru à ce boom de nouvelles entreprises. À l’inverse, certaines filières connaissent un repli de lancements de projets : c’est le cas des activités spécialisées, scientifiques et techniques, comme les conseils de gestion, ou  les activités qui touchent à l’enseignement (disciplines sportives et loisirs).

Toutes les régions – ou presque – seraient concernées. Même si l’Île-de-France s’affiche comme la région qui participe le plus à ce sursaut de nouvelles entreprises : 7 600 créations supplémentaires en 2020. Hausses majeures aussi en Bourgogne-Franche-Comté, à la Réunion et dans le Grand Est. En raison d’un tourisme contraint en 2020, la Corse et la Martinique voient leur nombre de créations d’entreprises reculer. Alors oui, la crise a entraîné des sursauts de projets l’année passée. Seront-ils pour autant les plus viables ? GW

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.