Vite compris le 1er février

Temps de lecture constaté 2’40

En 2020, les Français·es ont bien moins consommé • Ce n’est une surprise pour personne. Les restrictions sanitaires successives à coups de couvre-feu ou confinement ont empêché les Français·es de doper leur consommation au profit de l’épargne. Résultat, la consommation enregistre un repli de 7 % en 2020 après une hausse d’1,5 % en 2019, précise l’Insee. La baisse de consommation atteint presque 9 % dans les biens, elle dépasse même 10 % dans les services, les grands sacrifiés de la crise covid. Heureusement, les fêtes de fin d’année ont pu limiter la casse : l’Insee évoque une hausse de la consommation de 23 % en décembre, au-dessus même de ce qui a pu être mesuré en décembre 2019. Les 100 milliards d’euros d’épargne accumulés durant la crise seront-ils – un jour ou l’autre – réinjectés dans le circuit économique ?

L’impact de la crise sanitaire sur la délinquance • Voilà un enseignement dont on ne se plaindra pas. Le rapport publié ce jeudi 28 janvier par le ministère de l’Intérieur ne trompe pas : la plupart des indicateurs de sécurité pour l’année 2020 sont en net recul. En particulier en raison des deux premiers confinements. Les vols dans les véhicules ont diminué de 17 %, les homicides de 2 %, les vols avec armes de 8 %, les vols de personnes sans violence de 24 %, les cambriolages de 20 %… Pour autant, si nous pouvons nous réjouir de ces dynamiques, il en est certaines qui ont de quoi alarmer. Parmi les indicateurs en baisse, certains, une minorité, sont en hausse. En 2020, année de confinements, le nombre de viols et de violences intrafamiliales ont augmenté respectivement de 11 et 9 %. Plus de la moitié des coups et blessures volontaires ont concerné des violences familiales. En 2018, la part occupée par ce type de délit était de 44 %.

La Chine a exporté plus de 200 milliards de masques en 2020  • Les chiffres donnent le tournis. Face à la pandémie qui a frappé l’ensemble du globe, la Chine a assuré –en grande partie – la production de masques pour en exporter aux quatre coins du monde. En 2020, le pays aurait exporté quelque 220 milliards de masques. Soit environ 40 masques par personne qui vit en dehors de Chine ! « Une contribution importante à la lutte mondiale contre l’épidémie », se réjouit un vice-ministre du Commerce, Qian Keming. De quoi interroger – nous Français·es et Européen·nes – notre dépendance réelle au pays de Xi Jinping… fortement mise en lumière durant cette épidémie.

Nouvelles mesures pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) • Une « mobilisation générale » pour les quartiers défavorisés. Le gouvernement laisse entendre un investissement nouveau en faveur des quartiers pauvres, particulièrement victimes des retombées économiques et sociales de la crise sanitaire. C’est lors du comité interministériel des villes du vendredi 29 janvier à Grigny, dans l’Essonne, que le Premier ministre Jean Castex a promis quelque 3,3 milliards d’euros de financements pour les nouvelles mesures. Sur cette enveloppe, 1 milliard d’euros (a minima) devrait provenir du plan de relance. Le tout financera une quinzaine de mesures « très concrètes et appliquables tout de suite » qui devront « accompagner la relance dans les quartiers et améliorer la vie quotidienne des habitants dans les quartiers prioritaires de la capitale de la ville », comme l’explique Matignon. Dans le détail, 810 millions d’euros du plan de relance seront dédiés à l’insertion, notamment avec le plan « un jeune, une solution ». Autres objectifs : développer les cités éducatives, renforcer les moyens de Pôle emploi, mais aussi créer sept nouveaux « quartiers de reconquête républicaine », en mobilisant plus de policier·ères et gendarmes.

La lutte contre le tabagisme freinée en 2020 • La politique anti-tabac n’a pas battu son plein en 2020, crise sanitaire oblige. Le programme de hausse des prix du tabac sur trois ans s’est achevé en novembre 2020, et les ventes n’ont diminué que d’1,3 %, après avoir baissé de 6,6 % en 2019 selon l’Observatoire français des drogues et toxicomanies. Les confinements auront notamment dopé les recettes des buralistes, moins exposés à la concurrence des achats transfrontaliers. Malgré tout, l’État n’est pas perdant, 2020 est un millésime record en termes de rentrées fiscales : les taxes sur le tabac devraient croître de 1,3 milliard d’euros. En septembre, la Commission des comptes de la Sécurité sociale pariait sur un rendement de 14,4 milliards d’euros des taxes tabac en 2020, contre 13,1 milliard en 2019. Des chiffres qui attendent confirmation, avec la consolidation des comptes de la Sécurité sociale en février-mars.

Sécurité routière : le nombre de morts sur nos routes au plus bas • Conséquence logique de la pandémie et des restrictions sanitaires. Nos déplacements ont plongé en 2020. Effet direct positif : le nombre de morts sur les routes n’a jamais été aussi faible, 2 550. Voilà le chiffre rendu public par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), « avec près de 700 décès de moins que l’an dernier, la mortalité routière est en baisse de 21,4 % », peut-on lire dans l’étude. Enfin, et malgré une hausse spectaculaire de la circulation à vélo, le nombre de cyclistes tué·es a, lui aussi, fléchi en 2020.

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.