Vite compris le 28 janvier

Temps de lecture constaté 2’50

En janvier, les ménages n’ont pas le moral • L’effet Blue Monday ? Sans doute davantage la lassitude à devoir faire face à cette épidémie qui dure depuis près d’un an… Malgré un rebond au mois de décembre 2020, le moral des ménages a de nouveau chuté en janvier, annonce l’Insee. L’indicateur synthétique qui reflète le moral des ménages aurait perdu trois points en un mois, passant ainsi de 95 à 92 points. Résultat, la volonté d’épargner triomphe sur la consommation : « En janvier, la proportion des ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants baisse nettement », peut-on lire dans le communiqué. De quoi contrarier les plans du gouvernement, entêté à ce que les Français·es réinjectent l’épargne accumulée durant la crise dans le circuit économique. Mais face à l’incertitude sanitaire qui plane toujours… les citoyen·nes préfèrent – de loin – épargner !

Aux Pays-Bas, on n’accepte plus les restrictions ! • Les nerfs du peuple néerlandais ont lâché. Face aux restrictions grandissantes pour lutter contre la covid-19, une partie du peuple s’est soulevée. Ni plus ni moins. « En observant le ton des conversations sur Internet, il n’était pas difficile de comprendre qu’un mouvement négationniste sur la réalité de la covid, très hostile aux avis scientifiques et aux mesures de confinement, montait très fort. Mais tout le monde a été surpris par le caractère violent des protestations», précise Kleis Jager, correspondant du journal Trouw à Paris. Et c’est l’annonce d’un couvre-feu qui a fait déborder le vase. Des violences en tout genre, des pillages, des policier·ères pris·es à partie, des journalistes menacé·es, un centre de dépistage a même été incendié… la colère gronde aux Pays-Bas.

Vaccination : plus de 2 millions de rendez-vous pris sur Doctolib • L’une des rares licornes françaises ne sait plus où donner de la tête ! Et pour cause, dans le cadre de la campagne de vaccination contre la covid-19, la plateforme a pour le moment enregistré 2 millions de rendez-vous : « Il va y avoir des dizaines de millions de rendez-vous pris dans les mois à venir. Les médecins généralistes sont également prêts, nous avons développé notre logiciel pour eux, parce que nous pensions que la vaccination passerait par eux. Il y a 50 000 généralistes », explique Stanislas Niox-Chateau, fondateur et PDG de Doctolib. Alors, covid-friendly Doctolib ? C’est bien plus nuancé, cette campagne coûterait cher à la plateforme, « Doctolib a déployé ses solutions gratuitement pour les Samu, offert les téléconsultations pendant le premier confinement… », se défend Stanislas Niox-Chateau.

Roz Brewer, première femme noire à diriger une entreprise du S&P 500 • L’actuelle directrice des opérations de Starbucks prend officiellement les rênes de la chaîne de pharmacies Walgreens Boots Alliance. Âgée de 58 ans, Brewer devient la première femme noire à prendre la tête d’une entreprise qui appartient au top 500 des sociétés américaines les plus importantes en termes de chiffre d’affaires.

73 % des TPE/PME poursuivront leur numérisation une fois la crise passée, précise une étude menée par YouGov pour PayPlug • La pandémie donne du fil à retordre aux entreprises françaises. Il a donc fallu faire preuve d’imagination : depuis le début de la crise,  71% des interrogé·es déclarent avoir investi ou développé des outils et processus permettant de poursuivre l’activité malgré la situation sanitaire, notamment dans le secteur de la vente au détail (72 %). Une transformation avant tout numérique qui – pour la grande majorité – se prolongera après la crise covid. Autres enseignements à tirer de l’étude YouGov : 74 % du panel ne s’est pas senti suffisamment aidé pendant cette période. Cela est beaucoup moins vrai pour les commerçant·es (vente au détail), puisque 57 % des sondé·es ont le sentiment d’avoir été suffisamment accompagné·es.

Le livre • Changer la façon dont on communique pour prendre en compte le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité. C’est l’objet du livre de Florence Touzé, professeure à Audencia et co-titulaire de la Chaire Impact Positif. Son petit nom ? Marketing, les illusions perdues, il s’agit d’une réédition qui insiste sur la volonté d’en finir avec le marketing du XXe siècle…au profit du marketing implicatif ! Plus responsable et donc plus soutenable.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.