Vite compris le 26 janvier

Temps de lecture constaté 2’40

La belle initiative • Mettre à disposition les locaux d’une entreprise aux personnes sans-abri. Voilà l’action menée par l’association « Les bureaux du cœur », fondée fin 2019 par Pierre-Yves Loäec, directeur de l’agence de communication Nobilito et président du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD). « Le soir, ne fermez pas vos bureaux, ouvrez-les ! », scande-t-il. L’association tente de convaincre les chef·fes d’entreprise d’héberger pendant la nuit ou le week-end – quand les salarié·es ne se trouvent pas dans les bureaux – des personnes en grande précarité et encadrées par « Les bureaux du cœur ». Pas de contrepartie, les bénéficiaires de ce service possèdent les clés du bureau, viennent le soir à partir de 18h30 et repartent le matin. Pour l’heure, une quinzaine d’entreprises nantaises auraient franchi le pas.

Lancement de la 15ème promotion du programme BRIO • Une initiative pensée – à l’origine – par les écoles Audencia et Centrale Nantes qui ont fondé un programme en faveur de l’égalité des chances puisque BRIO s’adresse à des lycéen·nes issu·es de milieux modestes dans la région de Nantes. Le crédo ? Mettre en lien des étudiant·es tuteur·rices des écoles Audencia, Centrale Nantes, l’IMT Atlantique ou encore Oniris, avec 150 lycéen·nes qui n’ont pas forcément les codes de l’enseignement français. S’en suivront des ateliers de culture générale, des informations sur l’orientation post-bac ou des rencontres professionnelles. Et avec derrière la volonté de briser cette autocensure, encore très présente chez les jeunes issus des milieux les plus modestes.

Les plateformes de livraison de repas ont le sourire • Couvre-feu ou confinement, les restrictions de déplacement nous empêchent parfois de nous organiser pour se réapprovisionner. En dehors des restaurants, ce sont désormais – et de plus en plus – les magasins plus traditionnels comme Carrefour, Monoprix, Franprix… qui font appel aux géants de la livraison à domicile. Deliveroo et Uber Eats notamment. Dans une période où aller faire ses courses requiert une organisation sans faille, beaucoup optent pour des commissions livrées, c’est-à-dire sans bouger de chez soi. À titre d’exemple, le partenariat entre Carrefour et Eats concerne désormais plus de 550 magasins dans 100 agglomérations. Une offre large qui s’adapte à une demande grandissante. Reste à savoir si la tendance courses à domicile apparait simplement transitoire et dépendante de l’épidémie ou si la crise covid a drastiquement bouleversée et accélérée notre façon de consommer…

En 2020, Marmiton a eu la cote Les Français·es assigné·es à résidence une bonne partie de l’année, alors le site de recettes en ligne Marmiton a enregistré une hausse de 30 % de son audience : « D’habitude, on est à 18 ou 19 millions de visiteurs uniques par mois, on est passé à 25 millions cette année », se félicite Christophe Duhamel, le fondateur du site.

Au Portugal, le président sortant Marcelo Rebelo de Sousa réélu • Une élection sans suspense s’est tenue dimanche 24 janvier au Portugal. Marcelo Rebelo de Sousa, catholique et conservateur, a largement été réélu, dès le premier tour, avec environ  61 % des voix selon les résultats quasi définitifs. Victoire facile certes, mais le niveau d’abstention dépasserait les…60 % ! Soit un record depuis l’instauration d’un régime démocratique dans le pays (1974). Et l’opposition dans l’histoire ? « Les autres candidats ne l’affrontent pas vraiment, ils viennent profiter de la campagne électorale pour faire passer leurs messages et renforcer leur image en prévision des scrutins locaux attendus à l’automne prochain », explique António Costa Pinto, professeur de sciences politiques.

L’instant football : combien toucherait Villas-Boas en cas de départ de l’OM ? • L’Olympique de Marseille pique sa crise et c’est son entraîneur André Villas-Boas qui pourrait en faire les frais. Vaincus lors de la dernière journée du championnat de France de Ligue 1 face à Monaco (3-1), les Phocéens ne pointent qu’au sixième rang au classement. Les dirigeants pourraient donc se séparer de Villas-Boas plus tôt que prévu, et devraient donc signer – à en croire les informations de La Provence – un chèque compris entre… 4 et 5 millions d’euros ! Et pour cause, le coach de l’OM est normalement en contrat avec son club jusqu’en juin 2021. Jolie pactole.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.