Vite compris le 19 janvier

Temps de lecture constaté 2’50

Les salarié·es de L’Équipe toujours en grève • Les fous de sport devront encore patienter. Lundi 18 janvier, et pour la dixième journée consécutive, les salarié·es de L’Équipe ont reconduit une grève pour montrer leur opposition à un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), une cinquantaine de postes serait menacée dont 47 journalistes. Un PSE qui viserait à économiser cinq millions d’euros et éviter six millions de pertes en 2021. En raison d’une activité sportive au ralenti en 2020 et d’une baisse des ventes papier. Face à cette grève, plus de 180 sportif·ives de haut niveau ont signé vendredi 15 janvier une lettre de soutien aux journalistes concerné·es.

La Chine, seule au monde en termes de croissance économique • La crise covid-19 a fait des ravages au sein de la plupart des économies mondiales. La Chine, elle, ne s’en sort pas si mal. En 2020, la locomotive chinoise aurait dégagé une croissance de + 2,3 % selon les statistiques officielles dévoilées à Pékin. Seule économie majeure à afficher une croissance positive durant la période. Malgré tout, c’est la première fois depuis 1976 que la Chine connait une hausse aussi faible de son PIB, « l’économie chinoise ne s’est pas pleinement remise de la covid, mais elle est très bien repartie par rapport aux autres pays », juge Zhang Lin, économiste indépendant basé à Pékin. Une « reprise rapide » dont se félicite aussi le Fonds monétaire international (FMI).

Le conseil scientifique plus ferme que le gouvernement • Pour cette fois, le gouvernement ne se sera pas limité à suivre les recommandations des scientifiques. Si Emmanuel Macron, son Premier ministre Jean Castex et leurs ministres ont opté pour une généralisation du couvre-feu à 18h, le conseil scientifique opte lui pour des mesures plus restrictives encore. L’avis du conseil, remis deux jours avant l’annonce du gouvernement et rendu public le vendredi 15 janvier, expose qu’il « ne paraît pas raisonnable » de s’en tenir au statu quo. Pour gagner la « course contre la montre » d’ici à avril, les scientifiques ont proposé quatre scénarios. Le premier : l’abaissement du couvre-feu à 18h, le dernier : un confinement strict comparable à celui du printemps 2020. Mais la recommandation du conseil scientifique réside dans les scénarios 2 et 3. Le scénario 2 réunit un couvre-feu à 18h et un confinement dans certaines régions ou métropoles plus à risque, ainsi qu’une restriction des déplacements interrégionaux, pendant que le scénario 3 est un confinement « souple », comme celui de novembre 2020. Dans la nouvelle course à la lutte contre les variants de la covid, le conseil scientifique conseille donc la prudence et la fermeté sanitaire. Le gouvernement a, lui, fait le choix de la demi-mesure, si l’on en croit les avis scientifiques.

Euronext Paris va être dirigé par une femme pour la première fois • Il faut des premières à tout, même pour ce qui paraît tomber sous le sens. Si la nouvelle ne devrait pas en être une ni être un fait exceptionnel, elle reste historique : Delphine d’Amarzit, directrice générale déléguée chez Orange Bank et spécialiste des marchés de capitaux a été nommée PDG d’Euronext Paris, la place gérant la bourse parisienne. Une nomination qui prendra effet à compter du 15 mars 2021, et qui constitue une première. Une première remarquable à bien des égards, quand on sait qu’il n’y a plus aucune femme à la tête d’une entreprise du CAC 40, depuis qu’Isabelle Kocher a été débarquée de son poste de directrice générale chez Engie, en février 2020. Aucune femme française à la tête d’une des principales entreprises cotées à la Bourse de Paris et censées refléter la tendance globale de l’économie. Un zéro pointé honteux, qui, espérons-le, ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir, maintenant que le patron de l’Euronext est…une patronne.

Crise et indépendance ne font pas bon ménage en temps de crise • L’indépendance a ses avantages…et ses inconvénients, particulièrement notables pendant la crise de la covid. Selon une étude de l’Union des auto-entrepreneurs, 45 % des auto-entrepreneur·ses n’ont toujours pas retrouvé un chiffre d’affaires à 20 % de leur volume d’activité de 2019. Pire, 80 % d’entre eux·elles affichent un CA en baisse de 40 % ou plus par rapport à 2019. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Si seul·es 5 % des interrogé·es ont arrêté leur activité face aux difficultés, la moitié se retrouvent sans revenu et sujet·tes au RSA (revenu de solidarité active). Selon François Hurel, président de l’Union des auto-entrepreneurs, « Les auto-entrepreneurs qui stoppent leur activité sont des candidats aux minima sociaux. Il faut absolument les accompagner en sortie de crise pour leur permettre de retrouver un niveau d’activité normal ». D’autant plus que seul·e un·e auto-entrepreneur·se sur cinq a bénéficié d’aides du fonds de solidarité. Alain Griset, ministre délégué chargé des PME doit recevoir les partenaires sociaux le 20 janvier, pour discuter d’une amélioration de l’indemnisation du chômage pour les indépendant·es.

L’État rappelle son ambition de « fibrer » tout le monde ! • Le gouvernement français ambitionne d’équiper l’ensemble des Français·es à la fibre d’ici à 2025. Un pari ambitieux qui passera nécessairement par des efforts dans les territoires, y compris plus ruraux. Pour ce faire, une enveloppe supplémentaire de 570 millions d’euros a été débloquée. En Auvergne par exemple, 123 millions d’euros serviront à créer 267 000 prises fibres. La crise sanitaire a souligné l’importance d’une connexion à très haut débit pour répondre à des besoins comme le télétravail, la télémédecine, l’éducation à distance ou encore les démarches administratives en ligne. Une nouvelle enveloppe (150 millions d’euros) devrait être proposée dans quelques mois pour « aller jusqu’à l’abonné·e isolé·e ».

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.