Vite compris le 13 janvier

Temps de lecture constaté 2’50

Renault, le coup dur avant le rebond ? • Malgré sa restructuration récente, sous l’égide de Luca de Meao, et l’accent mis sur son internationalisation, le groupe Renault n’échappe pas aux contrecoups de la crise sanitaire et économique. Le mardi 12 janvier, la marque au Losage a publié un bilan de ses ventes mondiales en chute libre de 21,3 %. Après d’inévitables fermetures d’usines et de concessions partout dans le monde au gré des restrictions sanitaires, les volumes de ventes repassent sous la barre symbolique des 3 millions d’unités vendues.  Pour relativiser, Lucas de Meo, directeur général de Renault, rappelle que son groupe privilégie « désormais la profitabilité aux volumes, avec une marge unitaire par véhicule plus élevée, et ce sur chacun de nos marchés ». Heureusement, l’augmentation des ventes de véhicules électrifiés a permis au Losange de bien résister sur le marché européen. En attendant des jours meilleurs.

Le personnel médico-social appelé à la grève • Les employé·es des structures dédiées à la prise en charge du handicap et de la protection de l’enfance ont été appelé à la grève, ce mardi 12 janvier, à l’initiative de la fédération Interco CFDT. La revendication : demander des moyens humains et financiers supplémentaires, en particulier une reconnaissance équivalente à celle accordée à leurs collègues des hôpitaux et des Ehpad. Le personnel du médico-social s’estime comme le grand oublié du « Ségur de la santé » et réclame une revalorisation salariale égale à celle promise au personnel hospitalier hors médecins et des Ehpad, soit 183 euros nets mensuels. Reste qu’en pleine pandémie, pas facile de faire entendre sa voix…

Inscriptions à la vaccination pour les plus de 75 ans : ouverture le 14 janvier C’est imminent, comme annoncé par les autorités sanitaires et politiques, la campagne de vaccination va s’accélérer et s’ouvrir à tous les Français·es de plus de 75 ans. Dès le jeudi 14 janvier, les personnes âgées pourront s’inscrire en ligne pour se faire injecter leur première dose de vaccin anti-covid dans l’un des 700 centres de vaccination qui devraient être opérationnels d’ici à la fin du mois. Un flux potentiel de plus de 5 millions de personnes qui devrait enfin faire décoller un nombre de vacciné·es qui vient tout juste de dépasser le seuil des 100 000. Trois prestataires, Doctolib, Maiia et Keldoc vont assurer la prise de rendez-vous à distance, pour les centres de vaccination. Reste à convaincre les vaccino-sceptiques…

Twitter, suppressions de comptes en pagaille La décision du réseau social à l’oiseau bleu de suspendre définitivement le compte du futur ex-président américain Donald Trump, accusé d’avoir encouragé ses partisans à « marcher sur le Capitole » et à perturber la certification de l’élection de Joe Biden, a fait réagir la planète. Quelques jours après cette initiative historique, Twitter remet ça en supprimant près de 70 000 comptes liés à la mouvance conspirationniste d’extrême droite QAnon. Une mouvance, faut-il le préciser, pro-Trump. Après le triste épisode des violences et de l’intrusion au Capitole, le réseau social le laisse comprendre à qui veut l’entendre : il veut éviter l’utilisation de Twitter à des fins violentes ou d’incitation à la violence. Parmi les tweets échangés par les comptes supprimés, Twitter affirme notamment que certains appelaient à une « deuxième attaque du Capitole le 17 janvier », comme si les images ahurissantes et honteuses du 6 janvier ne suffisaient pas à ces illuminés. Reste que ces initiatives de Twitter posent une toute autre question, à l’heure où l’hégémonie des GAFAM est redoutée : est-il normal qu’un réseau social privé puisse de sa propre initiative supprimer le compte d’un chef d’Etat, tout Donald Trump qu’il soit ? Chacun sera juge.

180° Reconversion (Vuibert), un livre didactique et pratique à l’attention des aspirants entrepreneurs • L’un des premiers ouvrages de ce type à aborder la question de l’échec et du rebond et à y consacrer un chapitre. Marjorie Llombart et Magali Perruchini consacrent un chapitre au témoignage d’Isabelle Saladin, fondatrice d’I&S Adviser et cofondatrice du club des Rebondisseurs français. Marjorie Llombart le dit elle-même, elle pensait qu’« il suffisait d’apprendre dans les livres et de bien travailler pour réussir ». En revenant sur « les raisons culturelles d’une conception négative de l’échec en France, Marjorie Llombart et Magali Perruchini aident, grâce au témoignage d’Isabelle Saladin, à envisager l’échec non comme le résultat d’un projet d’entreprise mais comme une étape de son développement et de sa transformation en « homo-entrepreneurus ».

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.