Vite compris le 11 janvier

Temps de lecture constaté 2’40

Les fintechs françaises ont levé 828,2 millions d’euros en 2020 sur fond de chute du marché européen de 7 % calcule France FinTech • Pour les sociétés technologiques de la finance et de l’assurance (fintechs) : 828,2 millions d’euros (+ 18,5 % sur une année), soit 15 % des levées de fonds du secteur numérique, contre 13 % en 2019. Parmi les plus grosses levées de plus de 100 millions d’euros en 2020, Qonto, une banque en ligne à destination des professionnels (104 millions levés) et la société de paiement mobile Lydia (112 millions en deux temps). Dataiku (fournisseur d’IA aux grands comptes) a levé 100 millions de dollars en août (82 millions d’euros).

Indicateur d’impact environnemental
L’« Éco-Score », nom de l’indicateur tout neuf lancé par de grands acteurs de l’alimentation et du numérique. L’idée est simple, fournir un premier indicateur de mesure de l’impact environnemental des produits qu’ils distribuent ou confectionnent. L’Éco-Score a été développé indépendamment du dispositif d’affichage environnemental prévu par la loi de lutte contre le gaspillage. Parmi les entreprises à l’origine de l’initiative : Yuka, Marmiton, Open Food Facts, FoodChéri et Seazon, ECO2 Initiative et Etiquettable, ScanUp, Frigo Magic. Selon le collectif, ce ne sont pas moins de 240 000 produits qui afficheront l’étiquette Éco-Score, dont la grille de notation se veut stricte en s’appuyant sur l’analyse du cycle de vie (ACV) d’un bien alimentaire et sur un système de bonus-malus qui incrémente ou décrémente la note globale du produit.

La consommation des ménages fait le yo-yo • Ce ne sont pas les dernières observations de l’Insee qui nous feront écrire le contraire, la consommation des ménages français alterne entre chute et rebond, entre rebond et chute, au gré des confinements et déconfinements. En novembre 2020, selon l’Insee donc, les dépenses de consommation des ménages en biens ont chuté de 19 %, en raison des fermetures des commerces considérés comme « non-essentiels » par le gouvernement. Un recul moins important que celui observé lors du premier confinement, qui avait vu la consommation chuter d’un tiers. Pour autant, les dépenses restent inférieures de 17 % à celles de novembre 2019. À l’inverse, la production industrielle manufacturière fut en légère hausse (+ 0,5 %). Résultat : le déficit commercial s’est fortement réduit en novembre 20, pour atteindre son point le plus bas depuis mi-2016 (rapport entre importations et exportations) ! Un retour à des habitudes de fortes consommation, une fois les restrictions sanitaires levées, nourrirait les importations et entraînerait donc le creusement du déficit commercial.

Nouveau programme d’investissements d’avenir en approche Le vendredi 8 janvier, le Premier ministre Jean Castex a dévoilé les contours du quatrième programme d’investissements d’avenir (PIA), pour les années 2021-2025. C’est lors d’un déplacement à Massy (91), accompagné d’un bon nombre de ses ministres, que le chef du gouvernement a présenté ce programme doté d’une enveloppe de 20 milliards d’euros. Malgré l’actualité sanitaire prégnante et l’attention médiatique et publique tournée vers la campagne vaccinale et la courbe des contaminations, l’exécutif entend remettre l’accent sur la relance de l’économie. 11 milliards d’euros sur les 20 milliards ont été intégrés dans le plan de relance prévu pour 2021 et 2022. Dans le détail, 7,5 milliards d’euros seront consacrés au financement de « l’écosystème de l’enseignement, la recherche et l’innovation », et 12,5 milliards d’euros à « l’innovation dirigée » (des filières d’avenir). Dans la foulée du retour d’un Commissariat au Plan, sous la direction de François Bayrou, ce quatrième PIA devrait participer au retour à la planification.

Le bitcoin s’envole Pour la première fois de son histoire, le « reine des cryptomonnaies » a atteint une valeur unitaire qui dépasse les 40 000 dollars. Autrement dit, 1 bitcoin = 40 000 dollars. En moins d’un mois, la valeur du bitcoin a doublé. En 2020, la devise numérique avait déjà progressé de plus de 300 %, portant la capitalisation totale du marché des cryptomonnaies à plus de 1 000 milliards de dollars. Là encore, c’est historique. Rien que sur la première semaine de 2021, le bitcoin est en hausse de 30 % et sa valorisation dépasse 700 milliards de dollars. Le bitcoin revêt vraisemblablement un rôle de valeur refuge en cette période. Reste que la volatilité de la devise et de sa valeur demeure source d’incertitude.

 

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.