Vite compris le 7 janvier

Temps de lecture constaté 2’50

AirlineRatings dévoile son classement des compagnies aériennes les plus sûres • Le trafic aérien a subi un coup d’arrêt historique en 2020 et peine encore à se relever de la crise qui le ronge, mais AirlineRatings.com n’a pas échappé à son rituel qui a publié son palmarès annuel des compagnies aériennes les plus sûres. À nouveau, comme c’est le cas quasi chaque année depuis 2014, c’est la compagnie australienne Qantas qui truste la première place. AirlineRatings salue les procédures de sécurité de Qantas. Derrière, on retrouve dans le top 5 la compagnie du Golfe Qatar Airways, puis Air New Zealand, Singapore Airlines et Emirates. Autre enseignement, Air France n’est pas dans le top 20…

La chaîne Fatburger arrive en France • Des calories, encore et encore ! La chaîne américaine Fatburger débarque sur le sol français avec l’ouverture de deux restaurants à Paris dans les dix-huit mois à venir : « Fatburger a connu un grand succès international au fil des ans, ce n’était donc qu’une question de temps avant que nous entrions en France», a expliqué Andy Wiederhorn, PDG de FAT Brands. Chez Fatburger, on trouve notamment des burgers à plus de 2 000 calories, les fameux « XXXL ». Le·la consommateur·rice peut aussi personnaliser son burger avec des produits plus frais. Bref, une sorte d’American Way of Life

Le vaccin de Moderna autorisé à son tour en Europe • Quelques semaines après celui de Pfizer et BioNTech, c’est au tour du vaccin anti-covid de Moderna, laboratoire américain, d’être approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA). Le feu vert de l’agence européenne, attendu par tout le continent, a été donné ce mercredi 6 janvier. Il devrait aider à augmenter significativement le nombre de personnes vaccinées et les approvisionnements en doses vaccinales. Pour rappel, l’efficacité du vaccin Moderna, démontrée lors des essais, est de 94,1 %. Son avantage : il se conserve à – 20 °C, loin des – 70 ou – 80 °C nécessaires pour le vaccin Pfizer.

Biden et les démocrates vers une victoire au Sénat • C’est le feuilleton politique et électoral international qui est scruté partout dans le monde ces derniers jours. Les élections sénatoriales états-uniennes, organisées traditionnellement dans la foulée des élections présidentielles, arrivent à leur dénouement. Et les résultats s’annoncent heureux pour Joe Biden, « president elect » (président élu), qui prendra officiellement la place de Donald Trump à la tête des États-Unis le 20 janvier. La victoire du candidat démocrate Raphaël Warnock dans l’État de Géorgie contre la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler a fait pencher la balance. Il devient le premier sénateur noir élu dans cet État du Sud. La victoire au Sénat semble désormais tendre les bras au camp démocrate, qui doit encore remporter l’autre siège en jeu en Géorgie pour prendre le contrôle majoritaire de l’institution. Un enjeu considérable pour le futur mandat de Joe Biden. En perdant ces mêmes élections sénatoriales à l’aube de son second mandat en 2012, Barack Obama avait vu sa politique être considérablement ralentie par les républicains. Et pendant ce temps, Trump ordonnait qu’on lui fabrique des voix, à l’écoute, comme Jeanne d’Arc, des siennes…

Le bitcoin grimpe, grimpe, grimpe…  • Il n’en finit plus de s’envoler ! Le prix du bitcoin a dépassé mercredi 6 janvier les 35 000 dollars. C’est la première fois de son histoire qu’il atteint ce niveau. Un sommet difficile à expliquer pour les analystes, ce marché a tendance à être très volatile. Pour ses acteurs, le bitcoin représenterait une forme d’or numérique car décentralisé et non dépendant des banques centrales. Des analystes de Société Générale préfèrent rester prudent·es : « Si la hausse récente s’inverse dans les prochains mois, on parlera sans doute de la bulle pandémique du bitcoin. » Alors, l’embellie durera-t-elle ?

L’Allemagne veut faire la place aux femmes dans les directions des grandes entreprises  • Dans un projet de loi présenté mercredi 6 janvier, l’Allemagne va imposer la présence de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises cotées en Bourse, au moins une dès lors que les instances dirigeantes comptent plus de trois administrateur·rices. Pour rappel, selon  une récente étude de la fondation germano-suédoise Allbright, les femmes ne représentent que 12,8 % des membres des conseils d’administration des 30 sociétés cotées du Dax. Le texte devra encore être adopté par les député·es. Mieux vaut tard que jamais ?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.