Exit le ski, la Martinique et la Guadeloupe en profitent !

Temps de lecture constaté 2’45

La Martinique réalise la plus grande campagne de comm’ de son histoire : 1,1 million d’euros de publicités sur cinq mois.

Et si vous passiez les fêtes de fin d’année sur les îles ? Dans une Europe qui s’écharpe sur la possibilité d’ouvrir ou non les stations de ski,  les Français·es ne pourront pas profiter des activités d’hiver en cette fin d’année. Une situation qui a donné quelques idées à la Martinique et à la Guadeloupe, deux îles qui aimeraient faire sien·nes les vacancier·ères d’hiver. Réaliste ? En tout cas, les campagnes de communication ont rarement autant déferlé, preuve que nos ami·es antillais·es y croient dur comme fer !

 À défaut de montagne, les Français·es pourraient bien se ruer sur les Antilles françaises. Pas commun en décembre, et pourtant Guadeloupe et Martinique ont des arguments à faire valoir : « Chez vous il fait froid, il pleut et vous avez des restrictions. Chez nous, on est en tongs, il fait chaud et quand on veut sortir, on va dans un restaurant », argumente de façon implacable Alexandra Jacoby-Koali, responsable communication du comité du tourisme des îles de Guadeloupe. Car oui, sans doute une de leurs nombreuses armes de conviction, le virus y serait moins virulent : le taux d’incidence (le nombre de personnes infectées sur une semaine pour une population de 100 000 habitant·es) s’affiche quasi nul, autour de 13 pour 100 000. Alignement des planètes ?

Une campagne de communication massive
Place à la comm’ donc, et la comm’ de masse ! Pour faire venir pléthore de touristes, la Martinique avait initié dès le 27 novembre la plus grande campagne de communication de son histoire… Résultat : 1,1 million d’euros de publicités répartis sur cinq mois. Une folie des grandeurs qui semble porter ses fruits, certains hôtels affichent déjà complet pour les fêtes de fin d’année. « C’est une conjonction d’éléments positifs, un puzzle qui s’est bien mis en place », se réjouit François Baltus-Languedoc, le directeur général du Comité martiniquais, « Les Antilles françaises sont une destination sûre, idéale pour se relaxer pour les fêtes de fin d’année », a-t-il surenchéri.

De leur côté, les compagnies qui desservent les Antilles françaises depuis la ville de Paris ont annoncé un renforcement de leurs vols. De là, seraient prévus 14 vols gérés par Air France chaque semaine pour la Martinique et la Guadeloupe, au départ d’Orly : « Cette offre sera renforcée par 5 vols hebdomadaires pour Fort-de-France et 7 pour Pointe-à-Pitre au départ de Roissy-Charles-de-Gaulle», indique Catherine Villar, directrice Expérience Client chez Air France. La compagnie Air Caraïbes proposera, quant à elle, jusqu’à 20 vols par semaine à destination de Pointe-à-Pitre, et 17 en direction de Fort-de-France.

La France, premier marché pour la Martinique
Et pourtant, le secteur du tourisme n’ pas été épargné par la crise, plusieurs centaines de millions d’euros de pertes pour la filière depuis le mois de mars en Martinique. Et la faute à des restrictions sanitaires qui ont empêché les habitant·es de l’hexagone de voyager et circuler librement. Problème, pour les Martiniquais·es, les touristes qui viennent de métropole représentent près de 70 % de leur clientèle habituelle.

Alors, si vous avez décidé de poser vos valises en Martinique ces prochaines vacances, il vous suffira de présenter un test covid-19 négatif et daté 72h maximum et une attestation sur l’honneur qui précise que vous ne présentez pas de symptômes et n’avez pas fréquenté de personne malade 14 jours avant le départ. Valises prêtes ? GW.

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.