Vite compris le 4 décembre

Temps de lecture constaté 3’

Cergy labellisée « ville active et sportive » • La commune du Val d’Oise cumule les récompenses. Après avoir décroché l’année passée la labellisation « Terre de Jeux 2024 », Cergy (95)  ajoute à son palmarès le label « Ville active et sportive ». Dans une commune où la moitié de la population a moins de 30 ans, l’accent a été mis sur la politique sportive. Résultat : 70 clubs et 11 000 licencié·es ! « Nous avons 16 sportif·ves de haut niveau, dont cinq ont un objectif pour les JO de Tokyo », souligne le maire Jean-Paul Jeandon. Cergy, c’est aussi chaque année « les 24 h du VTT », qui rassemble depuis 15 ans le millier de participant·es, la ville bénéficie de l’une des plus grandes manifestations de vélo d’Île-de-France.

L’Insee table sur une reprise de la consommation en décembre • L’annonce d’un déconfinement progressif étendu sur le mois de décembre et d’une réouverture de certains commerces pour les achats de Noël laisse entrevoir la lumière au bout du tunnel du second confinement. Le mois de décembre devrait logiquement voir une reprise de l’activité économique à court terme, en profitant notamment de la perspective d’un vaccin contre la covid. En novembre, l’Insee avait observé une consommation des ménages inférieure de 14 % par rapport aux niveaux d’avant crise. En décembre, la baisse ne devrait pas excéder 6 %.

« L’allègement des restrictions devrait entraîner un rebond assez important de la consommation des ménages en décembre, un peu comme ce qui s’était passé à la mi-mai », résume Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l’Insee. Un constat qui donne du crédit à l’image de confinements interrupteurs, au fameux « stop and go ». Sur l’ensemble de l’année, l’Insee est également plus optimiste que le gouvernement, et anticipe une baisse de l’activité d’environ 9 %. Une chose est sûre, la reprise de la consommation et de la confiance des ménages et des entreprises sera cruciale pour le rebond attendu.

L’État va payer dix jours de congés pour les salarié·es des entreprises les plus touchées • Le gouvernement fait un geste pour les entreprises et employeurs sévèrement touchés par la crise et le second confinement. Après le chômage partiel, les prêts garantis, le fonds de solidarité et les exonérations de charge, place au financement de 10 jours de congés pour les entreprises en difficulté (hôtellerie-restauration, événementiel, culture, etc.) Après échanges avec les fédérations professionnelles, la ministre du Travail Élisabeth Borne et le ministre des PME Alain Griset ont annoncé la mesure ce mercredi 2 décembre. Elle coûtera plusieurs centaines de millions d’euros, sera accessible à deux types d’entreprises, celles qui ont fermé à la suite d’une décision administrative durant 140 jours ou plus cette année, et celles dont le chiffre d’affaires a baissé d’au moins 90 % durant les périodes d’état d’urgence sanitaire. Les congés, qui ne pourront excéder 10 jours, devront se prendre entre le 1er et le 20 janvier 2021, avant le retour à une activité normale pour les entreprises. La prise en charge se fera via l’activité partielle.

L’association L214 porte plainte contre un élevage de cochons • Jeudi 3 décembre, l’association de défense des animaux L214 a annoncé porter plainte contre un élevage de cochons qui fournit la marque Herta. L’élevage en question se situe dans l’Allier et serait mis en cause par L214 pour mener « des conditions d’élevage déplorables » et « non conformes aux exigences règlementaires ». Vidéo à l’appui, l’association fait état de cochons tellement entassés qu’ils seraient enclins au cannibalisme.  L214 a voulu détourner le célèbre slogan de la marque : « le (dé)goût des choses simples » !

Le Conseil des ministres dissout officiellement le CCIF • Accusé de « propagande islamiste », le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a officiellement été dissout par le Conseil des ministres mercredi 2 décembre. Aucune surprise puisque le gouvernement avait annoncé sa dissolution dans la foulée de l’assassinat de Samuel Paty en octobre. Malgré tout, le CCIF a affirmé vouloir continuer « à apporter son assistance juridique aux personnes victimes d’islamophobie et informerait les instances internationales de l’état de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité en France ».

La crise sanitaire provoque un nombre record de foyers bénéficiaires du RSA • On le sait désormais, la covid est aussi une crise sociale. Depuis le début de l’année 2020, des milliers de personnes sombrent dans la pauvreté et la précarité. Et l’on attend de tristes records. En cette fin d’année, le seuil de 2 millions de foyers allocataires du revenu de solidarité active (RSA) a été franchi. Un seuil jamais atteint en onze années d’existence de la prestation sociale, la demande atteint des sommets. Seul le RMI, au périmètre plus restreint, avait atteint le million de bénéficiaires en 1997. En septembre, la hausse du nombre de bénéficiaires du RSA était de + 8,5 % par rapport à la situation d’avant crise. Les dépenses liées à la prestation ont crû de 4,3 % au deuxième trimestre par rapport au premier et s’élèvent aujourd’hui à un milliard d’euros par mois. Précisons que l’augmentation des bénéficiaires correspond plus à une baisse des sorties du dispositif qu’à un afflux de nouveaux allocataires. Là encore, en grande partie à cause de la crise sanitaire.

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.