Vite compris le 27 novembre

Temps de lecture constaté 3’

Le CSA s’inquiète de la propagation des fake news sur Twitter • La crise sanitaire a sans doute été propice à une hausse de la propagation des fake news sur le réseau social Twitter. D’après le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), le nombre de comptes non fiables ou douteux reste, certes, 37 fois inférieur aux comptes fiables, tout de même plus de 2,2 millions de comptes, dont 400 000 perçus comme les plus risqués. Souci, ces comptes sont très actifs ! Ainsi, « on observe en moyenne 18 à 20 re-tweets par tweet émis par un compte considéré comme non fiable ou douteux, contre 14 émis par des comptes considérés comme fiables. Les messages sont très viraux », explique Sébastien Lecou, chef du département concurrence et prospective de la direction des études du CSA. L’étude révèle aussi qu’en moyenne, un internaute sur cinq suivant un compte non fiable ne suit pas forcément un compte fiable de façon régulière. Le danger de rester « enfermé·e » dans une bulle de fake news

Le fisc prélèvera bien la « taxe Gafa » pour 2020 • Bercy tient son engagement. Les entreprises concernées par la taxe Gafa ont bien reçu leur avis d’imposition pour le versement des acomptes de 2020. Une première somme devrait être recouvrée en décembre, puis le reste du solde au printemps prochain. Pour rappel, les géants du numérique devront s’acquitter d’une taxe de 3 % sur leur chiffre d’affaires en France. En attendant l’avancée des négociations sur la fiscalité des multinationales, menées sous l’égide de l’OCDE, Bercy avait suspendu ses demandes d’acomptes. À cause de l’opposition inaltérable de l’administration Trump, les négociations ont échoué, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, en a pris acte à la mi-octobre. La machine fiscale est aujourd’hui lancée.

Élisabeth Borne plaide pour une aide exceptionnelle pour les travailleur·ses précaires • La ministre du Travail, interviewée par Les Échos,  a évoqué la mise en place d’une aide exceptionnelle qui fonctionnerait comme un revenu minimal mensuel à 300 000 travailleur·ses précaires qui travaillaient significativement avant la crise covid, dont 70 000 jeunes. Une aide individualisée qui serait versée par Pôle emploi le temps « que le marché du travail se stabilise ». Bien sûr, cette aide exceptionnelle vise aussi à soutenir les jeunes, une des priorités de la crise. Dans ce sens, à l’issue du plan dévoilé en juillet, Élisabeth Borne cite « 128 000 » intentions de recours à la prime à l’embauche d’un jeune (jusqu’à 4 000 euros) et « 172 000 demandes » d’aide à l’embauche d’un·e apprenti·e (5 000 euros pour un·e apprenti·e de moins de 18 ans ou 8 000 euros pour un·e majeur·e).

L’Allemagne ne dessert pas la vis sanitaire • Emmanuel Macron et son gouvernement ont annoncé un allègement à venir des restrictions sanitaires en France, de concert avec plusieurs autres pays européens à l’approche de Noël, mais contrairement à ses voisins, l’Allemagne n’infléchit pas sa position. Berlin a annoncé le maintien des restrictions actuelles jusqu’à début janvier. Bars, restaurants et lieux culturels resteront fermés, et l’accès aux magasins sera restreint à un nombre limité de client·es selon la superficie. Angela Merkel, la chancelière, a ainsi estimé que « nous devons encore faire des efforts […] le nombre d’infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé ». Ce mercredi 25 novembre, le taux d’infection du pays s’élevait à 139,6 pour 100 000 habitant·es, loin de l’objectif affiché de 50 pour 100 000. Seul assouplissement concédé : les réunions privées pourront atteindre dix personnes du 23 décembre au 1er janvier, et reviendront à une limite de cinq personnes en dehors de cette période. Enfin, il serait question d’interdire les remontées des stations de ski jusqu’au… 10 janvier ! En face, les stations s’opposent, l’Autriche aussi : « Les vacances d’hiver en Autriche seront sûres. Nos stations disposent déjà de procédures de sécurité complètes pour les vacances au ski », a déclaré la ministre du Tourisme en Autriche, Elisabeth Köstinger. L’Allemagne voit rouge en y voyant une concurrence déloyale, « je préférerais avoir un accord commun sur le plan européen : pas de remontées mécaniques ouvertes, pas de vacances (de ski) nulle part », scandait Markus Soder, un des favoris pour succéder en 2021 à Angela Merkel à la chancellerie.

Malt et Institut Choiseul s’allient pour la bonne cause • L’opération Choiseul for good met en relation consultant·es et chef·fes d’entreprises. Cent soixante-dix jeunes dirigeant·es économiques identifié·es par le think tank Institut Choiseul organisent l’opération Choiseul for good du 24 novembre au 30 mars 2021. Ces lauréat·es deviennent consultant·es d’un jour au profit de chef·fes d’entreprises présent·es sur Malt. La plate-forme met en relation les entreprises et des consultant·es indépendant·es. Chaque entrepreneur·se bénéficiaire de l’opération va choisir son·sa conseiller·ère en fonction de la problématique qu’il·elle souhaite soumettre et son secteur d’activité. Il·elle se voit alors dispensé·e des conseils de stratégie ou de mise en œuvre opérationnelle. Les fonds récoltés grâce à l’opération seront reversés à l’association Coup de pouce humanitaire. Ils devraient aboutir à la construction de trois écoles maternelles et primaires au Ghana, à Madagascar et au Malawi.

 

 

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.