Vite compris le 25 novembre

Janet Yellen, future secrétaire au Trésor du président Biden • Une page se tourne, celle de Donald Trump, place alors à l’ère Joe Biden. Dans ce sens, Janet Yellen, l’ancienne patronne de la Fed entre 2014 et 2018, devrait être choisie par le nouveau président américain au poste de secrétaire au Trésor, soit l’équivalent en France du ministre de l’Économie et des Finances. À 74 ans, Yellen est bien connue des milieux financiers, puisqu’elle a passé un bon nombre d’années en tant qu’économiste à la Fed, puis elle est devenue conseillère économique de Clinton en 1997. Avec la crise actuelle, c’est ce qu’on appelle avoir du pain sur la planche pour cette docteure en économie !

Le plan de relance se préoccupe (un minimum) de la pauvreté • Hier, la 36e campagne hivernale d’aide alimentaire des Restos du Cœur a été lancée, dans un contexte où la Sécurité sociale enregistre 3 000 nouvelles demandes de RSA par jour. La crise plonge des milliers de personnes dans la pauvreté et le besoin. Et le gouvernement détaille enfin les quelques mesures de son plan de relance dédiées à la lutte contre cette triste dynamique. Si elle ne pèse pas lourd dans l’investissement global de 100 milliards d’euros, l’enveloppe prévue pour soutenir les associations est tout de même de 100 millions. Lesquels seront distribués en deux temps et deux fois 50 millions d’euros. Un premier appel à projet devrait faire l’objet d’un dépôt de candidature avant le 15 janvier, avant des résultats prévus pour le 23 mars. Puis un second appel à projet interviendra à la mi-2021, pour un déblocage des fonds en janvier 2022. Un temps long qui interroge, tant l’urgence de la situation sociale grimpe chaque jour. Pour autant, dans l’entourage du ministre de la Santé, on souligne que « jamais dans l’histoire de la République l’État n’a mis autant d’argent pour aider les associations ». Mais la République a-t-elle déjà vécu pareille crise sanitaire et pareille explosion de la pauvreté…

Oui, les Français·es vont dépenser sans compter à Noël, ou presque ! • Pas question de se serrer la ceinture lors des fêtes de fin d’année, les Français·es – même si Noël 2020 sera sans doute un peu plus particulier – comptent bien dépenser ! L’heure peut-être de réinjecter dans le circuit économique toute l’épargne accumulée durant le confinement. Une étude CSA Research précise que le budget moyen prévu pour cette année augmenterait de 54 euros par rapport à 2019, soit un montant de 603 euros au total (cadeaux, repas, tenue…). Parmi cette enveloppe, près de 372 euros concerneraient uniquement les cadeaux ! Faire plaisir à ses proches dans une période où le lien social est mis à rude épreuve…

Venise repousse la taxe d’entrée pour les touristes en 2022 • Il faut parfois faire preuve de bon sens. Alors qu’elle devait entrer en vigueur au cours de l’été, la ville italienne de Venise a décidé de reporter sa taxe d’entrée pour les touristes à 2022 : « À la lumière de la situation actuelle, liée à la pandémie de covid-19, nous avons décidé de faire un geste important afin de favoriser le retour des flux touristiques », a souligné l’adjoint au Budget, Michele Zuin. L’Italie a durement été frappée par la pandémie. Le tourisme ne représente pas moins de 13 % du PIB et 15 % des emplois. Une taxe maintenant aurait été sans doute très – mais alors très – mal venue…

Plus de 60 % des Français·es prioritaires ont déjà été vacciné·es contre la grippe • Le pire serait d’ajouter une épidémie de grippe par-dessus la pandémie de la covid. Les plus vulnérables seraient doublement exposé·es. Pour éviter pareille catastrophe, les autorités sanitaires ont mis les bouchées doubles pour la campagne vaccinale contre la grippe. Et 2020 est jusqu’à présent une réussite de la prévention de la grippe. La campagne a été lancée le 13 octobre, et plus de 60 % des personnes âgées de plus de 65 ans ou vulnérables en raison d’une maladie chronique ont déjà reçu leur injection. Avant la crise de la covid, seuls 40 % de la cible prioritaire étaient vaccinés à pareille date. Dans le contexte actuel, les Français·es se sont rué·es sur le vaccin contre la grippe et vers les 11 millions de doses distribuées à ce jour. À tel point que la rupture d’approvisionnement frappe déjà plusieurs officines. L’opération est donc une réussite. Pour l’instant. Elle devrait se terminer en février. L’État vient de commander 2,45 millions de doses supplémentaires, qui devraient être livrées en priorité aux Ehpad la semaine prochaine, puis aux hôpitaux et aux pharmacies.

Les retards de paiements entre entreprises augmentent • C’est le constat qui ressort d’une étude publiée par le cabinet KPMG : les délais de paiement entre entreprises ont augmenté en moyenne de 3,5 jours cette année, par rapport à l’avant crise. Et 53 % des factures étaient en retard de paiement fin septembre. Toujours selon KPMG, les retards de paiement ne devraient pas se réduire à court terme, même en cas d’amélioration de la situation économique. De 11 jours ces trois dernières années, en moyenne, le délai de retard de paiement est ainsi monté à 14,5 jours. Dès le premier confinement, beaucoup d’entreprises ont fait état de retard de paiements en provenance de leurs client·es, le constat s’étend aux paiements entre entreprises et fournisseurs. Le cabinet relie cette hausse des retards à la tendance des entreprises à avoir recours au crédit pour financer leur trésorerie, grâce à des taux d’intérêt très bas. Une tendance très accentuée durant la crise, à coups de PGE.

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.