Vite compris le 20 novembre

Temps de lecture constaté 3’30

Des relocalisations motivées par la crise se concrétisent • En pleine période de crise sanitaire et économique, et de crise d’approvisionnement et de dépendance industrielle en début d’année, Bercy s’est lancé dans une campagne de développement et de course aux relocalisations industrielles et aux investissements pour le made in France. Plusieurs mois plus tard, le ministère de l’Économie et des Finances dévoile une première salve de projets de relocalisation portés par des industriel·les dans des domaines d’avenir ou liés aux enjeux de souveraineté nationale. Le tout représente quelque 680 millions d’euros d’investissements dans la santé, l’agroalimentaire, l’électronique, les matières premières et la 5G. Pour Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’Industrie, « ce sont des secteurs dont nous avons besoin. On ne saurait assumer de ne pas être capable de garantir un minimum de production agricole, de produits de santé ou de filière 5G en France et plus largement en Europe ».

La justice européenne contredit la France sur l’interdiction du CBD Jeudi 19 novembre, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé illégale l’interdiction en France de la commercialisation du cannabidiol (CBD). Pour rappel, le CBD fait partie des cannabinoïdes présents dans le chanvre (aussi appelé cannabis). Contrairement au principe actif delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), il n’a pas d’effet stupéfiant. Dans son arrêt, qui concerne le cannabidiol « légalement produit dans un autre État membre de l’UE lorsqu’il est extrait de la plante de cannabis sativa dans son intégralité », la CJUE souligne que le CBD n’a « pas d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine ». Une bonne nouvelle pour les dizaines de boutiques spécialisées en produits dérivés autour du CBD qui ont été ouvertes en France ces dernières années. Saisie en 2018, la CJUE a tranché pour en finir avec le flou juridique : « L’interdiction de commercialisation du CBD ne saurait être adoptée que si ce risque apparaît comme suffisamment établi ».

L’OCDE livre ses préconisations pour des systèmes de santé plus « résilients »L’Organisation de coopération et développement économiques a présenté jeudi 19 novembre son rapport annuel de la santé publique, qui tire les leçons des dix premiers mois de crise épidémique en Europe pour les systèmes de santé. Selon l’OCDE, la priorité numéro un est d’« être préparé et agir vite ». À cette fin, la résilience doit devenir une nouvelle dimension de la performance des systèmes de santé, au même titre que la qualité et l’accès aux soins. Toutefois, la rapidité de réaction, notamment pour le dépistage, « s’est avéré particulièrement difficile dans les pays les plus grands ou les plus peuplés », selon l’OCDE. À l’avenir, selon le rapport, il serait judicieux de développer les dossiers patients partagés pour recenser les symptômes et surveiller en temps réel l’état de santé de la population. À ce jour, seuls six pays sont bien équipés selon l’OCDE (Autriche, Danemark, Estonie, Finlande, Slovaquie, Royaume-Uni). Autre nécessité : investir dans le personnel de santé, financer des formations. Quant aux lits de réanimation, très coûteux, l’OCDE estime qu’il vaut mieux développer les capacités hospitalières à la demande (lits éphémères, hôpitaux de campagne…). En outre, le rapport préconise également de mobiliser davantage les soins primaires et les services de santé mentale, « critiques en temps de crise pour favoriser la résilience ». Enfin, il faut aider « beaucoup plus » les populations vulnérables. Pour rappel, en France, la surmortalité s’est élevée à 48 % chez les migrants, contre 22 % pour le reste de la population. À bon entendeur.

La Playstation 5 est sortie jeudi 19 novembre en France • Elle s’affiche comme le cadeau de Noël à venir. Ce 19 novembre, les Français·es fans de jeux vidéo voient la successeure de la Playstation 4 leur tendre les bras. Pour rappel, la PS4, sortie en 2013, avait écoulé plus de 114 millions d’exemplaires dans le monde. La 5 est promise au même succès, voire mieux. Car Sony n’a mis que quelques heures le 24 septembre pour écouler son stock de consoles PS5 ouvert aux précommandes. En revanche, inutile de se bousculer dans les magasins dès maintenant, les consoles sont jugées comme « non essentielles », il faudra alors patienter ou procéder via click and collect

Le chiffre d’affaires du commerce spécialisé en chute libre • La conséquence bien sûr du deuxième confinement. C’est simple, le chiffre d’affaires du commerce spécialisé a fondu de 80 % depuis le nouveau confinement le 30 octobre. En dépit des achats en ligne, qui n’ont pas comblé le manque à gagner, le cliqué-retiré se révèle insuffisant. Une situation qui « met en risque à la fois les TPE mais également les PME, ETI et grandes entreprises du commerce spécialisé qui représentent plus de 60 % de l’activité et des emplois du commerce non-alimentaire dans les territoires », ont indiqué Procos et l’Alliance du Commerce.

5G, Bouygues Telecom se positionne pour le 1er décembre • Le déploiement de la 5G se précise. Du moins pour un opérateur en particulier : « Bouygues Telecom lancera la 5G le 1er décembre 2020 », a annoncé Pascal Grangé, directeur financier de Bouygues Telecom. Le groupe a également déclaré qu’il disposera de 28 000 antennes 4G et 5G d’ici à 2023. Alors 5G pour le 1er décembre certes, mais on ignore dans quelles villes l’opérateur lancera son déploiement. Il se heurte à la réticence de certains maires écologistes qui ne veulent pas de la 5G. De son côté, Pascal Grangé se réjouit : « La 5G servira d’abord à désengorger le trafic mobile sur la 4G, alors que le trafic Internet augmente de 40 % par an », a précisé le directeur financier du groupe.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.