Vite compris le 10 novembre

Temps de lecture constaté 3’

Environ 770 millions d’euros de manque à gagner pour le secteur du jouet • « L’heure est grave », dixit le groupe NPD, cabinet spécialiste des études de marchés. Si les magasins et les rayons spécialisés ne rouvrent pas d’ici à la fin de l’année, le manque à gagner pour le jouet serait de… 770 millions d’euros ! D’après le cabinet NPD, les Français·es achètent près de 81 millions de jouets en novembre et décembre. Soit la moitié des achats annuels pour le secteur. À la suite de l’annonce du deuxième confinement, la fermeture des magasins ou rayons de produits jugés « non essentiels » concerne les jouets, considérés comme tels. Juste avant Noël ! Pour les familles, il faudra bouleverser ses habitudes de consommation et sans doute se diriger vers le click and collect ou l’achat en ligne.

Par rapport au premier confinement, les déplacements des Français·es ont beaucoup moins diminué • Comme au printemps, Orange scrute les trajets quotidiens de nos concitoyen·nes. Là où les déplacements avaient chuté de 60 % en mars, ils n’ont reculé « que » de 30 % le lundi 2 novembre. Mais cet écart notable va s’expliquer en partie par les trajets domicile-travail qui se sont davantage poursuivis lors du deuxième confinement par rapport au premier : – 20 % contre – 73 % (pour les trajets entre 7 h et 9 h du matin). Pour la fréquentation des centres commerciaux, d’après les données Orange, elle aurait diminué de 75 % lors du premier week-end de confinement acte 2, contre – 92 % lors de l’acte 1.

Florajet, implanté dans un petit village du Lubéron, jette l’alarme pour plus de 5 000 fleuristes français •  Pour sauver le commerce de proximité, le fournisseur ouvre une plate-forme de centralisation des ressources et compétences pour gérer les commandes, l’administratif, le marketing, le service après-vente. Les bouquets commandés via la plate-forme aident à conserver une activité a minima pour les adhérents du réseau :  650 000 bouquets et compositions florales sont livrées en temps normal chaque année dans 160 pays livrés.

Pour la première fois, l’État se finance autant par l’endettement que par l’impôt La crise sanitaire chamboule décidément tout son monde. Et le rapport sur le projet de loi de Finances pour 2021, rendu par Jean-François Husson (LR), le rapporteur général du budget au Sénat, révèle un constat inédit. En raison de l’explosion sans précédent des émissions de dette publique pour faire face aux conséquences de la crise et financer la relance, l’État va cette année se financer autant par son endettement que par l’impôt. Une première. Et une situation hors normes et inattendue, en raison du degré élevé de la pression fiscale en France. Fin 2020, la dette du pays devrait s’élever à 119,8 % du PIB, contre 98,1 % un an plus tôt. Le stock de dette est, lui, passé en août 2020, et c’est là aussi une première, au-delà du seuil des 2 000 milliards d’euros.

Jean-Luc Mélenchon se présente officiellement à l’élection présidentielle de 2022 • C’était sans surprise, mais c’est désormais officiel ! Pour la troisième fois après 2012 et 2017, Jean-Luc Mélenchon bataillera pour l’élection présidentielle 2022. Dont la participation dépendra tout de même d’une investiture populaire, 150 000 personnes devront appuyer sa candidature via une plate-forme numérique. Une formalité donc. Le chef de file de la France insoumise (LFI) se sent prêt : « Quand tout va mal et que ça semble être nuit noire, il faut allumer une lumière pour qu’on se dise qu’il y a un bout du tunnel », a-t-il déclaré. Avec toujours cette même retenue qui le caractérise… !

La restructuration de Société Générale continue • L’année 2020 est une année noire pour la banque française, qui a perdu en Bourse près de deux tiers de sa valeur depuis février. En conséquence, Société Générale cherche à rassurer ses actionnaires, et donc à réduire ses coûts. Une mauvaise nouvelle en perspective pour les employé·es français·es du groupe. Dans un communiqué daté lundi 9 novembre, la banque annonce « la suppression nette d’environ 640 postes en France, sans départs contraints ». Un plan qui concernera plusieurs types de métier à Paris et en province. Selon le syndicat SNB-CFE-CGC, « la direction a justifié le besoin d’économies en mettant en avant la nécessité de protéger l’indépendance de Société Générale à travers sa valorisation boursière et de faire face aux conséquences des crises sanitaires et économiques ». En avril 2019, le groupe avait déjà engagé la suppression de 1 600 postes, dont 750 en France.

La frénésie alimentaire est de retour • C’était l’un des tristes constats du premier confinement. Il revient malheureusement aujourd’hui. Comme au printemps, les Français·es ont très significativement augmenté leurs achats de produits alimentaires et de grande consommation, sitôt l’annonce de la décision par le Président de la République. Selon une étude de Nielsen, les pâtes et la farine sont à nouveau plébiscitées, avec des hausses d’achats respectives de 150 et 97 %, entre le 27 octobre et le 1er novembre. Même constat pour les produits d’hygiène tels que le papier toilette et le gel hydroalcoolique. La fièvre consumériste s’observe partout : légumes (+ 50 %), riz (+ 75 %), viande surgelée (+ 55 %)… Seul constat de baisse, après une première semaine de confinement de croissance des ventes : l’alcool !

4 start-up du secteur de la télésurveillance (Implicity, MyDiabby, Satelia et Moon Health) ont récemment publié une tribune qui rappelle la nécessaire accélération du télésuivi des malades chroniques en France • La téléconsultation, en l’occurrence, ne répond pas spécifiquement aux enjeux de suivi des 11 millions de patients chroniques en France. Il s’agit pour les signataires d’interpeller les décideur·ses du système de santé afin de pérenniser la télésurveillance par la mise en place d’un modèle économique viable dans le temps. « Le collège de la Haute autorité de santé a même souligné l’urgence de la situation il y a quelques semaines, en demandant qu’un cadre de prise en charge pérenne de la télésurveillance soit défini rapidement », plaident les signataires.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.