Vite compris le 27 octobre

Les entreprises de proximité jugent le plan de relance trop complexe et chronophage Elles ont rebondi au troisième trimestre (5 % de perte de CA, contre 28 % au deuxième trimestre), mais sont particulièrement touchées et limitées par les nouvelles restrictions sanitaires. Et les mesures du plan de relance, censées accompagner leur rebond, ne sont pas si simples à exploiter. Selon une enquête Xerfi Specific pour l’Union des entreprises de proximité,  les commerçants, artisans et autres professions libérales regrettent des mesures « trop complexes et chronophages ». Paradoxalement, ce sont ainsi plus de la moitié des entreprises interrogées qui affirment qu’elles ne solliciteront pas les dispositifs du plan. Un guide explicatif pour les TPE/PME doit prochainement être diffusé. Sacré gâchis…

Le Japon vise la neutralité carbone pour 2050 • Le pays du Soleil levant, troisième économique mondiale, signataire des accords de Paris en 2015, était le sixième pays en termes d’émission de gaz à effet de serre en 2018. Très dépendante au charbon et aux matières fossiles, l’économie japonaise se fixe néanmoins de nouveaux objectifs environnementaux. Lundi 26 octobre, le Premier ministre nippon, Yoshihide Suga, qui a remplacé Shinzō Abe il y a tout juste un mois, a déclaré que le Japon se donnait pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. « Réagir face au changement climatique n’est désormais plus une entrave à la croissance économique », a-t-il ainsi expliqué, lors de sa première annonce politique devant le Parlement depuis son arrivée à la tête du gouvernement. Belle promesse qui sera tenue ou effet d’annonce ?

La France atteint un nouveau (triste) record de contaminations journalières • À chaque jour ses redoutés chiffres de la dynamique épidémique. Depuis déjà plusieurs semaines, la tendance est à une augmentation alarmante du nombre de cas. Ce dimanche 25 octobre a fait plus que confirmer ce constat. Avec quelque 52 010 nouvelles contaminations en 24 heures, la France établit un nouveau record national… et européen. Sur l’ensemble de la semaine, achevée ce dimanche, le bilan est de plus de 200 000 contaminations. En dépit du couvre-feu, les jours se suivent et se ressemblent, et les contaminations flambent. Le taux de positivité des tests grimpe à 17 %, là encore c’est inédit. Entre le jeudi 22 octobre et le dimanche 25, ce sont ainsi quatre jours où le nombre de contaminations a systématiquement dépassé la barre des 40 000. Selon Santé Publique France, le nombre de cas positifs dans le pays est de plus d’1,1 million depuis février. Seule la Russie fait pire, avec plus d’1,5 million. On comprend mieux le tour de vis sanitaire…

Le conseil scientifique recommande de nouveaux durcissements des restrictions À celles et ceux qui grimacent face aux mesures de couvre-feu et autres fermetures de bars, la suite ne va pas vous plaire. Selon le conseil scientifique et son président Jean-François Delfraissy, le constat est sans appel : la situation est « difficile, voire critique ». Le professeur Delfraissy ajoute : « On avait prévu qu’il y aurait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis dix jours. » Selon lui, deux hypothèses pour juguler cette dynamique : un couvre-feu plus massif, dans les horaires et dans son étendue à l’échelle nationale, ou un confinement moins dur qu’en mars, qui permettrait d’aller au travail et serait de plus courte durée. Le temps ne semble plus aux demi-mesures.

Les Chilien·nes votent oui pour une nouvelle Constitution Elle avait été adoptée en 1980, sous dictature militaire du général Pinochet (1973-1990), la Constitution du Chili va enfin être renouvelée et réécrite. La réforme constitutionnelle était soumise à un référendum populaire, le résultat a dépassé les plus folles espérances des manifestant·es qui militent depuis plusieurs mois contre les inégalités sociales. Ce dimanche 25 octobre, ce sont 78 % des votant·es qui se sont prononcé·es en faveur d’une nouvelle Constitution, qui sera rédigée par une Assemblée spécialement élue. De quoi apaiser les tensions entre le pouvoir du président de droite Sebastian Piñera et la rue, sans pour autant les dissiper.

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.