Des milliardaires toujours plus fortuné·es !

Temps de lecture constaté 2’30

La fortune cumulée des milliardaires a atteint 10 200 milliards de dollars fin juillet.

Deux salles, deux ambiances. Alors qu’un rapport de la Banque mondiale révèle que – pour la première fois depuis 25 ans – la lutte contre l’extrême pauvreté a marqué le pas, le nombre de milliardaires a – quant à lui – augmenté. À en croire une étude menée conjointement par la banque suisse UBS et le cabinet d’audit et de conseils PWC, la fortune cumulée des milliardaires dans le monde fin juillet a atteint des records. Dans un monde frappé par la crise sanitaire, les inégalités se creuseraient-elles ?

Une économie mondiale à l’arrêt. La fortune de quelques un·es qui a flambé. L’étude révèle que la fortune cumulée des milliardaires s’est élevée à 10 200 milliards de dollars fin juillet. Un chiffre qui dépasse même le pic qui avait été atteint en 2017, 8 900 milliards de dollars à l’époque. Un rapport aux allures de pavé dans la marre, puisque le globe se retrouve paralysé depuis l’ère Sars-CoV-2 et que le nombre de pauvres a augmenté avec la crise sanitaire : « Pour les milliardaires comme pour l’économie dans son ensemble, 2020 restera une année pivot », ont expliqué les auteurs du rapport.

Après le krach de mars, le rôle des gouvernements
Fin juillet, ils·elles étaient 2 189 à être comptabilisé·es comme milliardaires dans le monde. Soit 31 de plus par rapport à 2017. Pourtant en mars, le pécule des plus fortuné·es battait de l’aile puisque le fameux krach boursier observé en mars a propulsé certain·es en dehors de cette élite économique. Pour rappel, début mars, Wall Street enregistrait sa pire séance depuis la crise financière de 2008 : les multiples indices boursiers ont vu rouge écarlate, – 7,83 % pour le Dow Jones, – 7,29 % pour le Nasdaq ou encore – 7,64 % pour le S&P 500.

Un moment marqué par la crainte et l’incertitude, même Mohamed El-Erian, conseiller économique chez Allianz, encourageait à l’époque de ne pas investir : « Do not buy in this dip (n’achetez pas pendant ce creux) ». Et puis, s’en suit une reprise des marchés financiers. Grâce notamment aux « mesures d’assouplissement fiscal et quantitatif des gouvernements », peut-on lire dans le rapport. Au Royaume-Uni par exemple, une succession de plans gouvernementaux, d’environ 16 milliards de livres, ont été avant tout versés à des entreprises détenues par des milliardaires.

Des secteurs différenciés
La technologie et la santé sortent du lot : « La tempête de la covid-19 a accéléré la divergence » entre les milliardaires issu·es des domaines de la technologie, de la santé et de l’industrie qui montaient déjà en puissance et les fortunes plus traditionnelles. Ce sont particulièrement les secteurs de la technologie et de la santé qui ont permis d’accroitre le nombre de milliardaires comme : Elon Musk (Tesla etc.) ou la milliardaire chinoise Zhong Huijuan, ancienne professeure de chimie qui a vu son entreprise Hansoh Pharmaceutical introduite en bourse l’an passé. Entre autres.

Ainsi, la fortune des milliardaires de la technologie a bondi de 42,5 % depuis 2018. Conséquent, mais toujours moins que l’augmentation constatée de la fortune des milliardaires lié·es aux rangs de la santé : + 50,3 % sur la même période. Des pauvres de plus en plus pauvres, des riches de plus en plus riches ? GW.

PS : Retrouvez les opportunités nées de la crise dans notre numéro 73 d’EcoRéseau Business disponible en kiosques.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.