Aix-en-Seine : huit axes pour préparer l’avenir…

Parmi les propositions des rencontres économiques du Cercle des économistes : donner la priorité à la jeunesse.

 « Tracer un nouveau chemin ». Les rencontres économiques Aix-en-Seine tombent à point nommé. Sur une durée de trois jours, le Cercle des économistes a organisé à la Maison de la Radio – et non à Aix-en-Provence comme à l’accoutumée – une rencontre entre multiples acteurs pour débattre d’un plan de relance ambitieux. Qu’ils.elles soient économistes ou politiques, tous.toutes avaient à cœur de préparer le monde post-covid et, plus globalement, « agir face au dérèglement du monde ». Retour sur les principales propositions.

Faire table rase ? À la suite d’un remaniement d’envergure qui a vu Jean Castex succéder à Édouard Philippe, le gouvernement attendait de ce rendez-vous d’expert.es la voie vers une nouvelle feuille de route pour penser au mieux le monde de demain. En filigrane, sortir au plus vite de la paralysie covid-19. Pour ce faire, 300 intervenant.es ont échangé en vue d’aboutir à huit axes vers lesquels s’orienter dans ce qui a été qualifié comme « le nouveau siècle sans boussole ».

Priorité aux jeunes
Ils. elles ont souvent été perçu.es comme les premier.ères victimes de la crise sanitaire. Ces jeunes qui achèveront leurs études d’ici à quelques semaines redoutent déjà leur entrée sur le marché du travail. Si bien que certain.es n’hésitent pas à remettre le couvert. Pour les plus courageux.euses d’entre eux.elles, une obsession : s’insérer dans la vie active. Le timing n’est pas bon, mais les rencontres économiques ont fait de la jeunesse une priorité. Ne pas faire payer aux jeunes un contexte exogène.

L’objectif est clair : demander au Medef, à la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) et à l’U2P (Union des entreprises de proximité) de s’engager avant la fin du mois de juillet afin que les entreprises recrutent au minimum un jeune en fin d’études. Les entreprises qui joueront le jeu se verront aidées par l’État : une prise en charge totale ou partielle de ce recrutement pendant un an. Pour celles et ceux qui ne trouveraient pas d’emploi, ils.elles pourront poursuivre une formation d’un an tout en bénéficiant d’une rémunération au RSA.

L’emploi, le maître mot
Autre leitmotiv de ces rencontres, l’emploi. D’ailleurs, avec un troisième axe intitulé « créer des emplois, lutter contre la pauvreté, et favoriser la mobilité », une des propositions phares vise à mettre en place un contrat de formation professionnelle de reconversion pour les employé.es licencié.es des secteurs durement touchés par la crise comme l’aéronautique ou l’automobile. Former ces travailleur.euses pour qu’ils.elles s’orientent vers des domaines plus prometteurs au lendemain du fléau covid-19. Et par la même occasion contenir une hausse du chômage.

Créer aussi et ça fait des lustres qu’on en parle une allocation unique universelle qui regroupe toutes les prestations sociales existantes de lutte contre la pauvreté et la précarité en une seule prestation. L’idée est plus que jamais encouragée.

Et bien sûr… l’environnement
Enfin, les divers.es intervenant.es ont insisté sur l’urgence climatique. S’appuyer sur tous les instruments dont on dispose pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique : prix du carbone, subventions à l’innovation verte, taxe carbone aux frontières, responsabilité sociale des entreprises, ou encore actions de banques centrales et commerciales (climate stress test). Ce ne sont pas les outils qui manquent. Faisons-en bon usage. GW

Le rappel des huit axes de la déclaration
Axe n° 1 : donner la priorité à la jeunesse
Axe n° 2 : relancer au niveau européen et français les filières productives innovantes
Axe n° 3 : créer des emplois, lutter contre la pauvreté, et favoriser la mobilité
Axe n° 4 : lutter contre les fractures territoriales
Axe n° 5 : décrisper, décloisonner, rétablir les liens fondamentaux au sein de la société française
Axe n° 6 : reconstruire un État frugal, efficace et juste
Axe n° 7 : bâtir un leadership moral de l’Europe
Axe n° 8 : penser long terme, climat, financement de long terme et intergénérationnel

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.