Salon SME 2020 : à vos ordis !

Temps de lecture constaté 2’30

Pour sa 22e édition, le Salon SME pour les freelances, créateurs et dirigeants de TPE, dont ÉcoRéseau Business est partenaire, sera 100 % numérique.

Nouvelles mesures restrictives et décret préfectoral obligent, le salon SME organisé par en Personne sera 100 % numérique pour son édition 2020, les 12 et 13 octobre. Malgré les aléas sanitaires, la virtualisation du salon est à l’œuvre chez en Personne Virtual depuis plusieurs mois, et les freelances et autres entrepreneur·es seront invité·es à se connecter à distance. Au menu, conférences et exposants autour du thème : Rebondir en 2020. Alain Bosetti, président du salon, tire le portrait et dresse les enjeux de cette édition covidée, à laquelle participera ÉcoRéseau Business.

Pour s’inscrire au salon, cliquez ici.

Comment avez-vous abordé ce salon dans ce contexte si particulier ?
Le décret du préfet de Paris a été confirmé le soir du 5 octobre, il interdit les foires et salons professionnels jusqu’au 19 octobre. Nous nous dirigeons donc  vers un salon 100 % virtuel, c’était l’une des options que nous avions envisagées. On savait depuis le printemps que le rebond épidémique à l’automne était probable. C’est pour cela que nous avons décidé dès le printemps que le salon SME 2020 serait hybride, contrairement aux 21 premières éditions, qui étaient toutes en présentiel au Palais des Congrès. Il était aussi possible que de potentiels visiteurs soient réticents à se déplacer en ce moment. Pour anticiper tout cela et éviter une annulation du salon, la solution du virtuel, d’abord partiel puis dans sa totalité, s’est imposée.

La virtualisation du salon est-elle une suite logique indépendamment de la crise ?
Cela faisait longtemps que je me disais qu’il est dommage de créer autant de contenu sans pouvoir le rendre accessible partout et à distance. Quand on y réfléchit, qu’est-ce qu’un salon ? C’est une agrégation de contenus de deux formes essentiellement : les exposants et experts réunis en un même lieu et des conférences et ateliers thématiques. Il serait dommage que ces contenus soient limités aux visiteurs physiques et aux Franciliens. C’est pour cela que nous avons commencé à organiser des salons virtuels en 2013.
Nous avons travaillé le salon sous sa forme hybride depuis le printemps, mais malheureusement il ne devra être que numérique. Nous nous adaptons donc dans l’urgence pour livrer le meilleur salon possible et permettre aux entrepreneurs, aux freelances et aux candidats à la franchise, qui pâtissent de l’annulation de Franchise Expo, d’avoir des réponses à leurs questions.

Quels seront les temps forts de cette édition 2020 ?
La thématique centrale est : Rebondir en 2020. Nous l’avons choisie pour insister sur la nécessité d’un rebond immédiat, pas en 2021 ou en 2022. On parle beaucoup des plans de licenciements massifs dans les grandes entreprises, mais 1 000 TPE qui mettent au chômage un·e salarié·e ou un·e indépendant·e, créent 1 000 demandeur·euses d’emploi dont on ne parle pas assez. Le chômage ne fait pas de distinctions. Il faut rebondir dès 2020, quand on est indépendant·e, on ne peut pas attendre. Le but du salon est de répondre au comment du rebond.
D’abord, il y a la question du financement (prêts, PGE…), qui comprend gestion de la trésorerie, optimisation des dépenses, digitalisation de l’activité… Tout un socle autour des solutions de financement qui sera l’objet de la conférence inaugurale. Le deuxième grand ensemble se concentre sur le numérique, la production et la vente. Le numérique aide à se démultiplier, à vous faire connaître. Il y a pléthore de solutions peu connues et maîtrisées par les entrepreneurs. Le troisième ensemble s’intéresse au rebond à proprement parler, en deux parties : le stratégique – comment se réinventer  et se diversifier ? qui peut me conseiller ? – et le psychologique – résilience des entrepreneur·euses, comment tenir le choc sans mettre sa santé en danger ?

Quel message adressez-vous à vos futurs visiteur·euses ?
Où qu’ils·elles soient en France, les entrepreneur·es , freelances et aspirant·es à la franchise vont pouvoir se connecter, assister à des conférences et obtenir des réponses personnalisées de la part d’expert·es, et non pas des chatbots. Nous proposerons également un cycle de conférences pour les candidat·es à la franchise, autour de trois webinaires pour présenter la franchise comme une solution face à la crise. Le nombre de demandeurs d’emplois va augmenter, entre les jeunes qui arrivent sur le marché du travail et les salarié·es qui perdent leur emploi. La franchise constitue un moyen pour un rebond sur le long terme.
De manière générale, il ne faut pas se mettre en état d’épuisement pour que le rebond ne soit pas un feu de paille. Il faut savoir se relâcher et ne pas s’opposer obstinément. Si l’on s’obstine à s’arcbouter, on risque de disjoncter. Il faut dissiper l’agitation pour réfléchir plus calmement.

Propos recueillis par Adam Belghiti Alaoui

Olivier Magnan, rédacteur en chef d’ÉcoRéseau Business, animera – virtuellement – la conférence plénière du mardi 13 octobre à 10 heures 30, Mais comment font les entrepreneur·ses les plus résilient·es ? Tout se joue-t-il au mental ?

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.