Et si la communauté était l’avenir du business ?

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Temps de lecture constaté 2’30

Pierre Dutaret est CEO et cofondateur de Libeo, spécialiste du paiement entre entreprises. Tribune libre.

La pandémie et les confinements successifs ont révélé combien le lien social, l’entraide et la solidarité étaient indispensables à notre équilibre et même à notre bonheur. L’être humain a besoin de « faire groupe » et de créer des espaces de socialisation auquel il se sent appartenir – comme les partis politiques, les syndicats, la religion ou les clubs de sport. Ce besoin de collectif vaut également pour la sphère professionnelle : réseaux d’entreprises, cercles, associations, organisations professionnelles, événements, conférences etc. Dans un monde régi par l’incertitude, les communautés professionnelles sont une boussole. Leur rôle était crucial avant la crise, il l’est aujourd’hui plus encore. 

L’intérêt d’une communauté professionnelle est de créer un lien durable et dynamique entre des personnes qui partagent un même domaine d’activité, une même expertise, des problématiques communes ou travaillant dans le même secteur. Cette logique communautaire a d’ailleurs toujours existé dans le monde du travail : au Moyen-Age déjà, les artisans s’organisaient en « guildes » ou « hanses », corporations professionnelles organisées par métiers (orfèvrerie, métaux, étoffes, bâtiment…). En 2021, ces liens me paraîssent plus que jamais nécessaires, à plusieurs titres.

Dynamisme social
D’un point de vue business d’abord, les communautés sont un formidable levier de performance, à l’échelle individuelle et collective. Les membres d’une même communauté peuvent en effet échanger leurs bonnes pratiques, leurs connaissances, leurs retours d’expériences, leur carnet d’adresse, mais aussi se soutenir en cas de difficulté, résoudre ensemble certains problèmes, et gagner en visibilité auprès de potentiels clients ou partenaires. Cette intelligence collective permet à chacun de progresser, de se remettre en question, d’avoir des « déclics » et, par conséquent aide les entreprises à être plus performantes.

Mais au-delà de l’aspect purement business, la logique communautaire est également créatrice de dynamisme social et à l’origine d’un certain « lifestyle ». Faire partie d’une communauté d’entrepreneurs, c’est travailler avec d’autres entrepreneurs, qui vivent sensiblement les mêmes choses, se comprennent et partagent les mêmes préoccupations. C’est aussi partager un quotidien commun, rythmé par des événements, des rencontres, des moments de partage et d’amitié. C’est inventer un nouveau style de vie, qui surpasse un simple cadre de travail.

Il est certain que les communautés et autres « tribus » prendront une importance croissante dans le monde du travail ces prochaines années, et seront les clés de la réussite individuelle et professionnelle. Apprendre de ses pairs semble la manière la plus efficace de progresser dans son métier et de faire évoluer son organisation. C’est pourquoi nous devons dès maintenant créer, animer, et faire grandir ces communautés. Leur dynamisme reposera sur notre capacité à créer du lien à travers divers événements, rencontres et outils numériques dédiés au monde du travail et qui prennent en compte une dimension sociale, indispensable à notre bien-être personnel et sociétal.

Des nouveaux moyens d’échanger
À l’heure où le télétravail se généralise et révolutionne nos modes de travail, ces échanges naturels et si précieux ont pris une autre forme, à travers de nouveaux modèles, que nous avons aujourd’hui largement adopté. C’est ici qu’intervient l’importance d’innover, de créer de nouveaux lieux et plate-formes d’expression et d’échange, qui permettront de construire un rapport au monde et au travail plus serein et engageant.

Les réseaux sociaux, adulés ou critiqués, ont su à leur manière répondre à ce besoin d’appartenance et de reconnaissance, de nature humaine et sociale. Face aux transformations que nous avons connues, et que nous connaitrons, il devient primordial d’inclure ces qualités et fonctionnalités relationnels au monde de l’entreprise. Acteurs du service, nous savons que la relation qui s’établit entre entreprises et clients est centrale et dépasse une simple transaction économique, alors que la valeur intrinsèque de l’objet acheté est devenue bien inférieure à l’expérience qui en résulte. Notre capacité à survivre dépendra de notre volonté à galvaniser, à mettre en contact, à créer du lien et homogénéiser les niveaux d’information. C’est le défi qui nous est posé, à tous, professionnels et cœurs de métier, convaincus que la communauté est l’avenir du business.

Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise...). Friand de football et politiquement égaré.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.