Tribune libre : les notaires à l’heure de la covid

Temps de lecture constaté 2’50

Les accompagnateurs naturels des chef·fes d’entreprise ont connu eux·elles aussi leur aggiornamento. Réflexions de Frédéric Aumont, Président de la Chambre des notaires du Rhône

La crise que nous sommes en train de vivre est une épreuve pour chacun d’entre nous.

Elle est également une épreuve pour toutes les organisations et notamment les entreprises.

Le notariat, au travers de ses 15 000 notaires et plus de 60 000 collaborateurs, répartis sur la France entière et les territoires d’outre-mer, a dû faire face, comme chacun, au choc qu’a constitué cette pandémie.

Il faut le reconnaître : rien n’était prévu, rien n’était anticipé, tout a été géré dans l’immédiateté avec un maître mot : continuer.

Continuer tout d’abord à faire vivre nos études en accueillant, à distance, nos clients. Nous n’étions pas tous et toutes équipé·es pour être en mesure d’assurer un suivi 100 % dématérialisé. Nous nous y sommes mis dans des délais très courts.

Continuer ensuite à organiser le travail avec nos collaborateurs. Malgré son développement ces dernières années, le télétravail était encore marginal dans la plupart des entreprises, dont les nôtres. Là encore, nous avons vécu une révolution.

Continuer enfin pour nous adapter à de nouvelles attentes, à de nouveaux réflexes qui vont naître de cette période.

La covid-19, comme tout virus, va finir par disparaître.

Il en restera le fait que toutes nos organisations, qui ont repensé en considération de la distanciation physique leur façon de travailler, ne reviendront pas en arrière sur un certain nombre de points.

Il en est ainsi de l’organisation du travail. Même si nous sommes heureux de pouvoir retrouver notre liberté de déplacement, notre environnement professionnel et nos contacts sociaux et amicaux, cette crise nous aura montré qu’une autre forme de travail est possible. Elle ne devrait pas disparaître dans les mois et les années qui viennent.

De même, se rendre compte qu’aujourd’hui nous pouvons tenir des rendez-vous en visioconférence, signer des contrats à distance, va modifier considérablement la relation avec nos clients.

Cette révolution, qui était en marche depuis plusieurs années, connaît donc un coup d’accélérateur.

Certains pourraient y voir une déshumanisation des rapports. Bien au contraire ! Les contacts physiques ne prendront que plus d’importance. Lorsqu’ils seront organisés, ce sera véritablement par choix et plus par obligation parce qu’il n’y avait pas d’autres choix.

Et maintenant ? À l’heure où ces quelques lignes sont écrites, nous vivons notre second confinement. Nous sommes tous conscient·es que le chemin va être long avant que cette pandémie ne soit derrière nous. Nous savons que l’économie va terriblement souffrir de cet épisode. Nous commençons à en avoir un avant-goût. Le plat de résistance est à venir.

Malgré la volonté de chacun d’entre nous de retrouver une dynamique économique, qui nous permet tout simplement d’accomplir nos projets, un certain nombre de secteurs semblent être durablement impactés. Ce qui aura des répercussions à tous les niveaux et pour nous tous et toutes.

Ce sont peut-être ces contraintes économiques nouvelles qui vont nous amener à repenser l’organisation de la société. Personne ne conçoit en effet, de laisser sur le bord de la route une partie de la population au prétexte qu’elle avait la malchance de se trouver à ce moment-là dans un secteur durement touché par cette crise sanitaire. Le défi est immense !

Chacun d’entre nous a la possibilité, par son comportement, dans ses entreprises, dans son environnement social, d’insuffler une nouvelle dynamique qui nous portera. Alors n’est-ce pas le moment de s’investir et de passer à l’action ?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.