Comment j’ai vaincu ma phobie de la prise de parole en public

Dans le monde de l’entrepreneuriat dans lequel j’évolue, la prise de parole en public – ou l’art du pitch –, n’a jamais été autant sous les projecteurs. L’exercice met à mal un grand nombre d’entrepreneurs mais pas uniquement, puisque parler en public serait la première peur au monde (devant la mort !). Après avoir expérimenté un long parcours d’angoisses liées à la prise de parole en public (pratique quand on commence sa carrière en tant que « responsable communication » !), j’ai décidé de prendre les choses en main. Voici les grandes étapes par lesquelles je suis passée pour vaincre cette phobie en l’espace d’un an.

1 – Identifier le blocage et (ré)apprendre à respirer

Pour traiter ces deux éléments simultanément, rien de mieux que la sophrologie. Je vous recommande une thérapie individuelle de trois mois minimum, en séances hebdomadaires, pour commencer par un réel travail de fond. Dès la première séance, on m’a fait observer un point essentiel : j’avais une respiration « inversée », c’est-à-dire que mon ventre se gonflait à l’expiration et se rentrait à l’inspiration, au lieu de l’inverse. Pas besoin d’être scientifique pour comprendre que si la respiration est bloquée, elle ne vient pas en aide lors d’une montée de stress. Pire, cette « non-respiration » bloque toute la partie au-dessus de l’abdomen, et pour peu que l’on soit sujet au rougissement, il ne fera qu’empirer.

2 – Étudier les fondamentaux de la prise de parole en public

En complément de ce suivi personnalisé et très pratique, j’ai souhaité compléter avec un livre théorique sur les bases de la prise de parole en public. J’ai lu Parler en public, à l’ère de la communication numérique, c’est facile ! d’Alice Gastine et Claude Quenault (Albin Michel), mais d’autres livres traitent également du sujet. Celui-ci est simple et met l’accent sur les erreurs à ne pas commettre.

3 – Participer à une formation dédiée (si vous en avez la possibilité)

Grâce à mon entreprise, j’ai pu assister pendant deux jours à une formation sur « la prise de parole en public, avec les méthodes du théâtre » animée par une comédienne. J’ai notamment retenu que j’avais beaucoup progressé et que la prise de parole en public est une question de personnalité. Vous êtes sensible ? Transmettez cette sensibilité, votre humanisme ! Vous êtes colérique, jouez avec votre voix et vos gestes.

4 – Inspirez-vous !

Par curiosité, j’ai également assisté à des conférences animées par de grands orateurs ou professionnels du pitch, vous pouvez également visualiser des conférences de type TedX sur des sujets qui vous plaisent.
L’idée est de s’imprégner de prises de parole inspirantes et de changer de regard sur cet exercice : il ne s’agit plus d’une corvée mais bien d’un jeu.
Enfin, le plus important à mes yeux pour mettre en application les quatre points mentionnés est et restera toujours l’entraînement. Un entraînement quotidien et idéalement dans un cadre professionnel.
Ce qu’il faut garder en tête est d’y aller crescendo : commencez par exposer une idée en réunion d’équipe, proposez à votre manager de présenter un projet plutôt à l’oral que par mail, proposez d’introduire un événement… jusqu’à l’animation d’une table ronde ou un pitch devant une assemblée !
Alors, que vous soyez entrepreneur/e, salarié/e, étudiant/e ou retraité/e, découvrez l’orateur qui dort en vous !

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.