« Quoi qu’il en coûte »

2020, c’est une année noire, une année sanitaire ou bien que l’on brandisse le quoi qu’il en coûte on essaie de poursuivre et de se battre. 

Le PGE est toujours présent. Certaines entreprises liées à l’hygiène, à la crise, au climat ou au click and collect et à la livraison de repas à domicile se développent. 

De grands écarts existent toutefois et l’on voit surgir les mots précarité, frugalité, sobriété. L’état évoque constamment un plan de relance et un budget prodigue. 

Économie verte, big tech, big pharma, coopération, micro-solidarités, fonds climatiques ou agriculture urbaine dessinent des paysages nouveaux. On a une impression de chaud et froid. De libéralités et de contraintes. 

Ne naviguerait-on pas un peu à vue même si le mot plan de relance est le refrain étrange de ce paradoxal chant économique. Quant au Ségur de la santé, qui peut dire ce qu’il a généré ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.