Développement durable 2020 – Verdir

Fin 2020, les menaces climatiques sont toujours présentes.

Malgré les élus verts, la convention climat, les cris des militants, la nature blessée continue de conter ses bleus.

• Des guêpes nous envahissent.

• Les pesticides. Le débat sur les perturbateurs endocriniens, les oubliés de Lubrizol prêchent dans le désert

Et il y a toujours plus de tempêtes, plus de canicules. Désormais, on en parle même au pluriel, bushfires ! C’est aussi l’enfer californien.

La convention citoyenne sur le climat rôde, a lieu, est évoquée et reste opaque… fumeuse dirions-nous ?

La pandémie sur les oliviers continue, les dégâts des microplastiques s’affichent dans les journaux régulièrement et L 214 s’occupe toujours de la cause animale !

Un PIB écologique, un ISF climatique. Pour contrebalancer, on lance l’hydrogène. La piétonisation et le vélo électrique sont au goût du jour.

C’est un retour à l’essentiel. Il faut réparer. Il faut verdir, verdissement est un mot qui s’impose. Faire soi-même est une des nouvelles expressions des magazines féminins.

Les épiceries solidaires et les potagers solidaires s’étendent. L’épargne solidaire est louée !

Le luxe doit être lui aussi éthique, responsable, durable, authentique. Et aussi solidaire !

Ces adjectifs sont les cinq adjectifs consacrés de l’année 2020.

La beauté écologique fait suite à la clean beauty. En cette année qui ébranle profondément nos émotions, la beauté résiliente rôde aussi. C’est là, un lien lexicologique peu étonnant. Oui la beauté peut réparer.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.