Féminicides

Féminicides, Grenelle des violences conjugales, Dégenrer, Trans, Post MeToo, Le mâle-être, La cheffe, Le père devient optionnel, Elisabeth II l’insubmersible, Aimer son âge, éco-féminisme, Ecologie cutanée.

Féminicide l’ignoble

Féminicide sera donc l’un des mots de 2019. Avec près de 149 femmes mortes à cause de violences conjugales. Le 3 septembre, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes préside Un Grenelle des violences conjugales. Elle s’appelait Christine Renon symbolise une autre forme de souffrance féminine, la souffrance psychologique au travail : Christine Renon s’est suicidée dans l’école qu’elle dirigeait.

Dégenrer

Les femmes revendiquent aussi la nécessité de dégenrer. Dire stop aux carcans des sexes. Le préfixe trans est l’un des préfixes de l’année. La question du transgenre et de son acceptation a aussi mobilisé les femmes.
On entre dans la société Post MeToo, on en a assez d’un monde pensé pour les hommes. La Cheffe prend le pouvoir. Oui, l’égalité c’est tout de suite et maintenant : le féminisme je veux tout se répand. Et, cette égalité se traduit même par une nouvelle liberté : Avec la loi bioéthique, le père devient optionnel. Les hommes, eux, se cherchent entre masculinisme et mâle de vivre.

Des figures et des engagements

Des femmes inspirantes en 2019 ? Oui, de Elisabeth II l’insubmersible à l’actrice Saoirse Ronan ou Ingrid Levasseur, Christine Lagarde Sibeth N’Diaye.

À propos d’engagement, puisqu’il faut aimer son âge, il convient de prendre soin de soi avec une beauté engagée, une clean beauty, un éco-féminisme. Et il faut aussi respecter l’écologie cutanée c’est-à-dire la qualité de vie de sa peau.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.