Dérèglements

Des lunettes roses et un arbre. Au centre de la toile, un arbre qui nous hurle laissez les arbres tranquilles ! Sur cet arbre, des lunettes roses car on ne voit pas la réalité en face. Dans les racines, se greffent les fléaux : l’acidification, les terres arables partent en poussières. Le chlordécone, pesticide employé dans les bananeraies, contamine, aux Antilles, population, animaux et sol.

Du réchauffement au dérèglement. Le Dérèglement du climat semble chahuter le réchauffement climatique. Un dérèglement où cohabitent sécheresse, ouragan, inondations et planète qui brûle. Le titre Californie, alerte à Malibu relate les feux de forêt qui ont frappé l’état américain cette année. Il s’agit désormais de contribuer à retarder la fin monde. Au rythme actuel, dans 200 ans, il n’y a plus rien s’inquiète l’astrophysicien Aurélien Barrau.
Plus rien ! Même l’obscurité et la biodiversité disparaissent car dans les mégalopoles toujours éclairées La lumière tue. Plus rien, même dans le ciel, les oiseaux disparaissent, une espèce d’oiseau sur huit est en danger à cause des activités humaines. Et, comme les hivers sont de moins en moins froids, on peut voir les cigognes qui ne migrent plus. Paradoxale situation, on défend le bien-être animal et on laisse pourtant les animaux malades du plastique vaciller.

L’alimentation entre religion et scandale. Chaque année, il y a un scandale alimentaire. Cette fois, ce sont notamment les bonbons au dioxyde de titane et le scandale Lactalis qui continue.
Une nouvelle religion alimentaire se développe également. Religion du sans gluten, sans viande, du scannez, vous êtes fixés grâce aux applis comme Yuka. Où est donc le plaisir de manger ? Quant aux antispécistes, ils attaquent parfois les boucheries : pour eux, manger de la viande, c’est commettre un acte criminel.

Du renouveau mais sans Hulot. Hulot affirme je ne veux plus mentir et démissionne le 28 août. La COP 24 passe inaperçue. Cela n’empêche pas certains de se battre. Ces gamins veulent aspirer 1% de la pollution mondiale, écrit Paris Match à propos de deux jeunes suisses inventeurs d’un dispositif pour aspirer le CO2.
Et, sur les balcons de la ville intelligente, pousseront demain des plantes aux vertus anti-polluantes, telle est l’ambition de ces forêts suspendues.

Par Jeanne Bordeau
Fondatrice de l’Institut de la qualité d’expression

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.