Y’a pas de mâles !

Les héroïnes. Le 1er juillet 2018, « Simone Veil » devient la cinquième femme à entrer au Panthéon.

Fin septembre, Marceline Loridan-Ivens s’éteint. Cette témoin de la Shoah, devenue plus tard réalisatrice, avait été déportée avec Simone Veil à Auschwitz.
Asia Bibi se cache depuis sa libération de prison, le 31 octobre, pour échapper aux fanatiques. La Cour suprême du Pakistan l’acquitte du blasphème qui lui était reproché : être chrétienne et avoir pris de l’eau d’un puits interdit aux non-musulmans.
Les mères maudites du peuple rohingya vivent recluses, elles sont méprisées par leurs propres familles pour avoir donné vie à des enfants issus de viols commis par l’armée birmane.
Les femmes Yézidies tentent de se reconstruire, après avoir été les esclaves sexuelles des djihadistes de Daesh en Irak.

Des figures emblématiques. Le 19 mai, Meghan Markle épouse le prince Harry.
Kristina Bazan, l’une des influenceuses les plus suivies de la planète fashion beauty ferme son blog. Elle devient chanteuse.
Jacline Mouraud, automobiliste de Ploërmel, signe une vidéo « coup de gueule » contre les prix du carburant. Début novembre, sa vidéo virale devient l’un des déclencheurs de la protestation des gilets jaunes.
Marlène Schiappa , secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, se fait présente dans les débats médiatiques.

Des tendances clés. Les violences conjugales contre les femmes sont en hausse de 23 %.
Après #metoo , c’est ras le viol : des dizaines de femmes et d’hommes manifestent dans les rues de Paris pour dénoncer les violences sexuelles . Plus de 250 femmes sont violées chaque jour. Sur Twitter, les nouvelles féministes digitales sont qualifiées de twittoridiennes .
Rebecca Amsellem , fondatrice de la newsletter Les Glorieuses , émerge comme militante de la cause des femmes. Dans Grazia, une imam prône elle le féminisme islamique.
Rose McGowan, la tombeuse de Weinstein raconte dans son livre Debout comment elle a brisé l’omerta contre le plus puissant producteur de Hollywood. « #MeToo a-t-il rendu les hommes paranos ? », se demande Le Parisien : quatre hommes sur dix affirment avoir changé leur comportement au travail vis-à-vis des femmes.
On consomme autrement avec la « tentation du fait maison » pour les cosmétiques. On s’exclame « vieillir, quel bonheur » avec l’essai de Perla Servan-Schreiber Les promesses de l’âge . On regrette de ne pas trouver son Jules avec Marion Dumas et son livre Y’a pas de mâles. Que de contradictions !

par Jeanne Bordeau
Fondatrice de l’Institut de la qualité d’expression

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.