Jupiter

Primaire ; Vote utile ; PenelopeGate ; Jusqu’au boutiste ; En Marche ; En même temps ; Moraliser ; Jupiter ; Brigitte ; Autorité ; Refondation de l’Europe ; Changer les Institutions ; Fainénants ; Macroniser ; Macronisme ;

« Révolution » ? La vie politique française repose sur « Jupiter ». Le « Kid président »  chamboule le paysage politique, emportant avec lui sa volonté de « changer les institutions », de « moraliser », d’agir pour « la refondation de l’Europe ». Il impose ses expressions comme « et en même temps », sa défense de « l’héroïsme politique ». Il impose « le temps du franc-parler », avec ses « fainéants » : mot qui stigmatise ceux qui s’opposent aux réformes. La « recomposition » est donc « en marche ». Saperlipopette », « poudre de perlimpinpin » signent eux un style lexical présidentiel aux registres variés.

« Macron est le candidat de la France d’en haut » aux yeux de certains, il réussi à « fabriquer une majorité ». Les « insoumis » entrent à l’Assemblée et cherchent un nouvel élan. A droite « les constructifs » tolèrent la double-appartenance politique : être de droite et « marconien ». «Wauquiez »  doit relancer « Les Républicains ». « Edouard » à Matignon est discret.

Une « campagne au bord de la crise de nerfs » déjà presque oubliée qui laisse derrière elle « le bal des menteurs » et François Fillon le  « jusqu’au-boutiste », accuse Hollande. « Les frondeurs » du parti socialiste sont aussi les perdants malgré leur désamour pour Valls et Hollande. Il y a eu «  les primaires », « l’abstention », « le vote utile » « Le Penelopegate » autour des emplois fictifs de Pénélope Fillon, et même le premier ratage de l’équipe Macron. Celui de « La Rotonde, petit dîner grand bruit ». Quand « Obamacron » célébrait un peu trop tôt sa qualification pour le second tour.

Sous Macron, « l’état d’urgence doit s’arrêter » et « Charlie c’est fini ».

Emmanuel embrasse Brigitte sous l’œil des photographes : « statut ou charte pour la première dame ? » s’interrogent les éditorialistes. « Impossible statut » peut-être.

Le président possède son « coach vocal ». En « manager darwinien », il s’assure que « l’Elysée verrouille sa com » à la sortie du premier conseil des ministres.

La « Start up Macron »  toujours aussi jupitérienne  est « en marche » et fixe une « voie libérale-étatiste ». Et surtout « Macron », « macronise».

Jeanne Bordeau
Fondatrice de l’Institut de la qualité d’expression

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.