Tableau
Tableau "Tendances en langage" CRISE 2016, Jane Bee

Traque, déradicaliser, colère, jungle, violence, haine, décomposition, inégalités, antisystème, mondialisation malheureuse.

Un camion-bélier, promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet 2016 : « Camion dévasté », 86 morts, 434 blessés. 19 décembre, marché de Noël à Berlin, autre camion, autre chauffeur terroriste : 12 morts.

Nous naviguons ici sur la fresque obscure de 2016. Tout se mélange, la « colère » des citoyens, la « radicalisation » que l’État veut « déradicaliser ». Mais délivrer les djihadistes d’une doctrine meurtrière se révèle compliqué : sites internet, campagnes d’information, centres de « déradicalisation ». Et beaucoup de questions.

Question aussi autour de notre démocratie. La « fatigue démocratique » ouvre le champ du « populisme ». Le « populisme » est dans de nombreux médias : le mot de l’année omniprésent, de Trump au Brexit. Et le politologue Thomas Guénolé signe un essai baptisé La Mondialisation malheureuse. Un livre qui « déconstruit » le modèle de la mondialisation actuelle, elle serait le ferment de l’injustice.

Les maux de la société demeurent en l’état, « ados, alcool », avec des jeunes filles complexées par leur corps et plus enclines à boire pour oublier. Inauguration de la première « salle de shoot » dans un bâtiment de l’hôpital Lariboisière à Paris, qualifiée de « salle de consommation à moindre risque ».

A partir d’octobre 2016, le ministère de l’Intérieur entreprend le démantèlement de la « jungle », camp comptant jusqu’à 9 000 migrants et réfugiés. Mais dès le mois de décembre, les associations locales notent le retour de dizaines de migrants. L’appel de la « perfide Albion ».

Des yeux si chers à l’artiste Jane Bee parsèment cette toile. Ils sont notre regard sur cette effervescence d’inquiétudes où les consolations sont inattendues. « L’écoisme » est un  boîtier qui évite le gaspillage électrique à la maison. Nous pouvons être « végétariens » et « vegans » pour protéger le monde, mais de super bactéries marquent la « fin des antibiotiques ». Allô docteur, peut-on requinquer cette société « postmoderne », chaotique ?

Jeanne Bordeau

Fondatrice de l’Institut de la qualité d’expression

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.