La mémoire des mots

Renoncement

Partitocratie, droitisation, vague conservatrice, autorité, déradicalisation, réfugiés, Nuit Debout,  jungle, burkini, primaires, Trumpocalypse, post-truth.

«J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle », François Hollande fait donc de l’an 2016, l’année du « renoncement ». « Hollande renonce », telle est la « fin de règne ».

Le « renoncement » du président, conséquence de son « impopularité » : 4 % de Français satisfaits de son action selon l’enquête électorale du Cevipof publiée en octobre 2016. Conséquence aussi, peut-être, de la « droitisation », de la « vague conservatrice ». Les « sondeurs » semblent incapables de pronostiquer les victoires.

« Juppé » devient le favori, « Juppémania » et « identité heureuse » le placent au sommet et… Roulement de tambour… Les « fillonistes » sabrent le champagne, le « vrai Fillon » remporte la « primaire » de droite avec 66,5 % des suffrages. Fillon ou la « consécration d’un obstiné ». « Sarkozy » s’en est allé dès le premier tour. Les « primaires » occultent toute avancée de gouvernance. Le 16 novembre « Macron plante Hollande », il est candidat à la présidentielle ! Il est « en marche ».

« Trump » et son colistier « Pence » s’emparent de la Maison Blanche. The Economist résume la situation sous le titre « Art du mensonge ». Car, en 2016, le dictionnaire d’Oxford sacre « post-truth » ou « post-vérité » mot de l’année. Cette « post-vérité » fascine les foules et inquiète les journalistes, elle présuppose que l’opinion publique est influencée par les émotions et les opinions personnelles, les faits objectifs, eux, s’éclipseraient. « Trumpocalypse » !

L’année est brisée en deux par « l’horreur de Nice », le 14 juillet. « Etat d’urgence », « jungle de Calais », « jungle urbaine de Stalingrad » figurent sur la liste de tous les épineux dossiers du président sortant et renonçant. « Cazeneuve saison 4 » pour résoudre l’insoluble question de la « radicalisation ». Le gouvernement Hollande aura été qualifié par Juppé de « pétaudière ».

2016 s’écrira encore avec « Daesh », « les fichiers S », « chaos », « carnage ».

Le renoncement ne s’impose-t-il pas quand l’horizon est aussi sombre ?

Jeanne Bordeau

Fondatrice de l’Institut de la qualité d’expression

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.