Pics de pollution, particules fines, respirer, envie d’air pur, COP 22, perturbateurs endocriniens, vegan, voiture électrique, green tech, ferme urbaine, smart villages.

Tableau ‘’Tendances en langage’’ DEVELOPPEMENT DURABLE 2016 , Jane Bee
Tableau ‘’Tendances en langage’’ DEVELOPPEMENT DURABLE 2016 , Jane Bee

Sur ce ciel sémantique, à droite, un nuage sombre et étouffant : « respirer, c’est tout », « envie d’air pur », « pollution : le pic ». Elles sont si présentes, les « particules fines ». L’air souillé a envahi l’Ile-de-France, Lyon, Villeurbanne, la Haute-Savoie, les Pyrénées. Et Christophe Bonnal, expert senior au CNES, annonce aussi l’état d’urgence dans l’espace, là où gravite « un pic de pollution spatiale ».

Depuis dix ans, le nombre de débris spatiaux en orbite a doublé. La Corne de l’Afrique, elle, fait « face à la sécheresse » !

À gauche de la toile, un autre nuage. Il reflète les actions pour développer durablement notre planète bleue. La « COP 22 » de Marrakech en novembre. Les participants se sont mis d’accord pour dire que 2018 serait la date de finalisation de l’Accord de Paris adopté lors de la « COP 21 ».

On a aussi organisé en Slovénie une conférence internationale contre la « souffrance des baleines ». Les consommatrices, elles, semblent se tourner vers des « cosmétiques engagés », ceux-là mêmes qui contiennent des ingrédients naturels et au moins 10% d’ingrédients issus de l’agriculture « bio ».

Les « fermiers d’avenir » cultivent aussi de façon engagée. Ils expérimentent l’agro-écologie avec des techniques agricoles respectueuses de la nature.

Faire « entreprise utile » : tel pourrait être le mot d’ordre de tous ceux qui veulent « réparer la nature ». En septembre, un sondage IFOP Terre de Sienne nous apprend que La Poste, SNCF et EDF se placent aux yeux des Français comme des entreprises « plus utiles » que les politiques. « Green tech » et « smart villages » sont comme des sources d’optimisme.

« Monsanto » est autorisé à commercialiser son soja OGM par la justice européenne. Chaque Français produit 530 kilos de déchets par an. Comment les villes peuvent-elles gérer les « décharges » ?

Depuis le 1er juillet, les « sacs plastiques » de caisse sont interdits. « Respirer » !

Reste à interdire « l’obsolescence programmée », vecteur d’hyperconsommation.

Jeanne Bordeau

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.