Vous avez dit acteur ?

8’ 48” pour un nouveau rassemblement mondial. Imaginons-nous une seule seconde aux temps passés, au rythme unique du son, à cette époque où un tsunami à Tokyo n’aurait jamais eu vent aux oreilles et aux yeux de Moscou ! Aujourd’hui si le monde brûle, nous sommes 7 milliards à être aux premières loges. Et il est plutôt cynique de se rendre compte que la multiplicité des images amenuise quasiment notre douleur. Nous serions-nous habitués à l’horreur ? Non, mais nous avons tous envie de la faire éclater au plus grand nombre ! L’information : c’est le nouveau sujet qui offre à tout un chacun de s’emparer de la communication. Mais bien entendu, si « informer c’est gouverner », ne parlez pas trop fort, que la rumeur populaire n’aille pas trop vite, elle est bien trop dangereuse et difficilement contrôlable. Si l’avènement du smartphone est quasiment derrière nous, son apothéose est aujourd’hui avérée, il est devenu humainement, socialement indispensable. Aujourd’hui, une seule image peut devenir l’emblème d’un mouvement citoyen, d’un soulèvement planétaire. Et il en est mieux ainsi… parfois ! La traînée de poudre de l’info nous construit. Et sa transmission virale n’est pas forcément le virus qu’on croit. Il semble, en outre, assez compliqué de reprocher à quiconque, un soir de solstice, de retrouver sa meute ! Celle où gambadent à la fois le garçon de bonne famille, l’employée de banque, le technicien de surface, la secrétaire de direction, l’employée municipale, tous domaines confondus. Tous.tes amené.es à se retrouver, à se mélanger, à comparer, à s’informer. Est-il plus simple de croire et de réfléchir face au journal de 20 heures ou bien face au meilleur ami de vingt ans et sa nouvelle compagne, avec qui l’on va débattre du sujet brûlant qui fait la une des journaux ? Le vrai média, le plus puissant, ne serait-il pas, finalement… nous ? Le fameux café du commerce ! Chez les Gréco-Romains, déjà eux, beaucoup de nouvelles, publiques ou privées, s’échangeaient dans les thermes ou autour de la fontaine publique. Cette période d’isolement, que nous voyons déjà bien lointaine, a sûrement été, toutes proportions gardées, un frein inéluctable – et sans doute nécessaire – à la transmission de l’information. Mais qui croire ? Comment ne pas se laisser manipuler et réussir à s’affirmer ? Sujet vaste et tordu car le sentiment humain viendra toujours altérer le ressenti de celui.celle qui écoute ce qu’on lui dit. L’amoureux croira, le haineux contredira et le vaporeux, lui, n’écoutera pas… Il rallumera le 20 heures uniquement car un bruit de fond aide à ne pas trop penser… Alors oui, réunissons-nous, encore, et toujours, partout et tout le temps. Un parc, une salle de spectacle, une table de restaurant, c’est encore le meilleur moyen d’apprendre.

Mathieu Wilhelm

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.