Des idées à (re)vendre

Qui veut être mon associé ? M6, mardi, 21 heures

Il y croit. Nicolas de Tavernost, mythique patron de M6, « monte au créneau » pour défendre la dernière prod de la chaîne, Qui veut être mon associé ? Un concept nippon débridé à la sauce Julien Courbet, le présentateur, un peu entre Affaire conclue et Mon invention vaut de l’or. Mais cette fois, de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, qu’ils/elles aient ou non déjà créé leur boîte, « pitchent » devant un parterre d’authentiques, sérieux, solides business angels  – six patrons qui ont « réussi », comme Marc Simoncini (Meetic et als), Delphine André, héritière des transports Charles André mais patronne de talent, Frédéric Mazzella (BlaBlacar), Marc Vanhove, le Bordelais à la tête de la franchise Bistro Régent, Catherine Barba, experte du commerce électronique, au regard de feu, ou encore Éric Larchevêque, fondateur de Ledger.

Sauvez le concept, regardez-le ! 

Ils/elles pitchent et nos six investisseurs écoutent, questionnent, critiquent avant un tour de table qui devient passionnant. Qu’ils demandent 50 000 euros ou 500 000 ou 3 millions, les start-upeurs jouent leur vie, suspendus aux décisions en temps réel que les business angels prennent sur le plateau… Ils/elles investissent ou pas, négocient leurs parts, s’allient ou non pour « y aller ». Mais l’essentiel se joue dans les cinq minutes de l’exposé du projet. Et cette fois, l’affaire devient fascinante. Car nous assistons à un festival d’idées, d’innovations, de trucs insensés qui soudain s’incarnent en un business prometteur. Des toiles de mongolfières que recycle Louis Lefèvre, 28 ans, pour en créer des poufs géants multicolores (il demande 40 000 euros pour 10 % de sa société) aux applis de révision de toutes les matières scolaires que Dembo Damie et Abou Touré transforment en raps mémorisables (ils ont besoin de 50 000 euros et offrent 5 % du capital), l’on reste suspendu devant tant de rêves concrets qui ne demandent qu’à devenir entreprises françaises florissantes. L’émission peine à trouver son audience ? Tavernost s’entête, les quatre émissions enregistrées restent programmées. Allez-y, calez-vous chaque mardi soir à 21 heures devant M6 et sauvez ce concept génial : il en va de notre génie national !

Olivier Magnan

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.