“Le Top 3 des idées reçues sur l’entreprenariat…” par Nils Degremont, École Supérieure du Digital

En France, l’entreprenariat reste un mystère. En 2020, l’envie et l’audace d’entreprendre sont de plus en plus présentes chez notre jeune génération. Les salariés, avec un rapport au travail différent, ont souvent des préjugés sur l’entreprenariat. Pourtant la France est le 2e pays européen avec 3,8 millions d’entreprises.

L’entrepreneur n’est pas travailleur !

Les salariés pensent qu’il est impensable d’être heureux dans son travail. Il est obligatoire de travailler pour subvenir à nos besoins. Si vous aimez faire votre travail, alors vous ne travaillez pas vraiment. Les salariés résument le travail à des journées métro-boulot-dodo en subissant les grèves, un patron qui vous impose des horaires, des collègues.

Elle marche ton entreprise ?

Une entreprise ne marche pas, il lui manque des jambes. C’est sûrement LA question à laquelle on ne sait quoi répondre. Si votre entreprise fonctionne, votre interlocuteur se demande si c’est vrai. Et si elle ne fonctionne pas, vous aurez le droit à toute la pitié de ce dernier : « Vas-tu redevenir salarié ? » Comme eux, une vie tracée, en espérant une bonne retraite. Perdre sa vie à la gagner, cool !

L’entrepreneur est libre !

Étant son propre patron, pour les salariés, l’entrepreneur fait comme il veut. Monsieur Big boss travaille tranquille derrière son écran, ayant un mode de vie différent d’un salarié mais compréhensible par un autre entrepreneur.

Donc, les salariés, quand passez-vous enfin à l’action pour vivre une vie de rêve ?
La réactivité a été de mise. Sitôt proposé, sitôt accepté. Le challenge de rédiger des mini-nouvelles a été relevé sans sourciller par les étudiants de l’école – plus précisément celle du campus lyonnais (les deux autres sont à Paris et Bordeaux). Et c’est loin d’être toujours le cas. De l’aveu même de la directrice de l’ESD et de l’ESP, Mélanie Viala, ceux qui se sont prêtés au jeu sont encore jeunes, puisqu’en première année de bachelor chargé de projet numérique – ils peuvent aller ici jusqu’au degré master. Mais Pierre de Coubertin n’a-t-il pas dit…

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.