Six conseils pour ne pas avoir l’air ridicule en entretien

Temps de lecture estimé : 1 minute

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

En entretien, évitez les « moi, à mon avis, ce que je veux dire… ». Ou les références à Matthieu Delormeau ou Gilles Verdez.

C’est vendredi. Les crevettes jouent les vedettes et le temps est aux conseils avisés.

Car avec l’été et les opportunités professionnelles, vient le temps des entretiens, des interviews, des questionnaires. Alors, voici six conseils pour ne pas avoir l’air ridicule :

  • Sandrine Rousseau n’a rien à voir avec Demis Rousso(s). Toujours veiller à vérifier l’orthographe des noms.
  • « Moi, à mon avis, ce que je veux dire »… Soyez moins tourné sur vous-même et dites ce que vous avez à dire. On sait que c’est vous !
  • « Entre thinker et doer je suis un peu les deux… », ok. Mais, inutile d’ajouter motherfucker car ce n’est pas tout à fait le même registre.
  • Si l’entretien tourne vers des sujets politiques, réfléchissez avant de citer vos sources, évitez par exemple : « Comme le dit si bien Matthieu Delormeau quand il s’oppose à Gilles Verdez… »
  • Face à une question complexe, ne vous aventurez pas dans le flou avec des citations comme « il faut de tout pour faire un monde » ou « se tromper ou avoir raison, la frontière est parfois étroite ».
  • Si on vous demande comment étaient vos anciens patrons, même si c’est vrai, ce n’est pas toujours bien vu de dire : « Des feignasses et en plus des gros radins et tout pour leurs gueules ! » Vraiment, ce n’est pas très bien vu.

Bonne chance pour vos entretiens…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.