L’orientation des jeunes ? on constate… sans agir !

Temps de lecture estimé : 1 minute

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

Il faut tripler les moyens, le nombre de personnes en charge de l’orientation, démultiplier les formations pour qu’ils comprennent les évolutions des secteurs et des métiers, proposer des salaires décents.

C’est vendredi. Les rats rient et le temps est à la réflexion. Et à la lecture d’un article opinion publiée dans les colonnes de La Tribune « Agir pour corriger un constat alarmant : les filles désertent les filières scientifiques ! », je me demande si nous sommes dans un pays de fous ou… de fous.

Car se réveiller aujourd’hui c’est bien mais voilà plus de vingt ans qu’on répète qu’il faut combattre résolument dans les lycées pour aider les personnes en charge de l’orientation d’arrêter de croire que le marketing c’est pour les filles et la tech pour les garçons.

Or comment peuvent-ils orienter s’ils sont si peu ? Si peu formés dans la durée, si peu considérés et rémunérés… Et pourtant l’on parle de l’avenir des jeunes et de notre société.

Alors que la tech sous toutes ses formes continue son expansion, sur cette question de la mixité nous stagnons en France, dangereusement, largués par nombre de pays qui comprennent l’importance d’ouvrir la tech à toutes et à tous. Un article alarme chaque mois, un livre chaque année. Une énième commission fait ses commissions. Et les institutions politiques en charge de l’éducation et de la formation se désespèrent.

L’orientation des jeunes est devenue une mission essentielle de l’école. Il faut tripler les moyens, le nombre de personnes en charge de l’orientation, démultiplier les formations pour qu’ils comprennent les évolutions des secteurs et des métiers, proposer des salaires décents. Sinon nous continuerons à nous enfoncer doucement dans une forme de « soft décadence », et la France se fera dépasser, encore plus, par une vingtaine de pays plus intelligents que nous. De la Lituanie à la Finlande, d’Israël à l’Inde, autant de pays qui ont depuis longtemps compris qu’il est prioritaire de pousser à la mixité dans la tech.

Nous, on en demeure encore et toujours aux constats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.