N’oublions pas nos services collectifs

Temps de lecture estimé : 1 minute

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

Ce jeune, qui sort d’une quelconque école de commerce, rien ne justifie qu’il soit mieux payé qu’un enseignant, une policière, un infirmier au bout de cinq ans de carrière.

C’est vendredi. Les flétans flatulent et le temps est à la réflexion.

Et tout en étant un acteur de l’enseignement privé je n’en suis pas moins un citoyen.

Et la dégradation des salaires de nos services essentiels, des infirmières et des policiers ou des enseignants n’est pas acceptable.

Ce jeune, qui sort d’une quelconque école de commerce, rien ne justifie qu’il soit mieux payé qu’un enseignant, une policière, un infirmier au bout de cinq ans de carrière.

Rien sinon la dégradation de notre modèle social, rare équilibre entre une volonté collective de protection et une dynamique entrepreneuriale.

Demain, les community managers, les happyness managers ou les influenceurs ne remplaceront certainement pas ces services vitaux pour notre collectivité.

Au lieu de réformer d’urgence les retraites, faisons de même mais pour revaloriser de manière vraiment significative les services collectifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.