Notre paix n’est qu’un long moment de tranquillité entre deux guerres

Temps de lecture estimé : 1 minute

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

La guerre en Ukraine nous touche parce que la mort est en Europe, à vingt heures en voiture de nos supermarchés.

C’est vendredi. Les harengs haranguent et le temps est à la réflexion.

Et je suis triste quand je vois défiler la guerre d’Ukraine à la télévision, accompagnée de commentaires d’une certaine naïveté. Car les milliards d’armements construits par la Russie, comme tous les autres pays, ne sont pas destinés à rester inutilisés. Les milliers d’ogives nucléaires ne sont pas faits pour décorer des petits villages dans le Don ou en Sibérie. Les interventions militaires discrètes des uns et des autres ne sont pas que des coups de mains amicaux.

Nous ne voulons pas admettre, tant la vérité est inquiétante, que notre paix n’est qu’un long moment de tranquillité entre deux guerres. Et ma génération, la première depuis des siècles à n’avoir pas subi directement la guerre, ne peut supporter ces relents des années 1930.

La tragédie ukrainienne nous touche parce que la mort est en Europe, à vingt heures en voiture de nos supermarchés. Mais la mort en Afrique ? Le génocide au Rwanda ? Les massacres en Irak et en Syrie, en Éthiopie et en Érythrée ? On oublie ou on évite ces conflits locaux et régionaux, dont les populations payent le prix fort et dont le « complexe militaro-industriel » récolte les bénéfices tandis que les charniers pourrissent.

Puisse ce conflit nous rappeler que d’autres meurent par les mêmes marques de fusils, de canons, dans un total silence parce qu’ils sont loin. Parce qu’ils ne nous ressemblent pas… ils n’ont pas de présence médiatique !

La Russie impose cette guerre et nous avons raison de la condamner.

Mais il n’y a pas de petite guerre. Il n’y a pas de guerre propre.

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise, etc.). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.