C’est vendredi. Les colins veulent un câlin et le temps est à la réflexion.

Et je me dis qu’entre les uniques et les inoubliables, les encore plus et les a ne pas manquer, le drame nommé Black Friday mérite notre dédain. Mais les marques, elles, doivent assumer leurs responsabilités. Elles en particulier!

 

Car on ne peut communiquer sur ses désirs d’agir pour la planète, démontrer sa « volonté de sens et sa raison d’être », faire de belles pubs sur des lendemains plus propres, plus sains et plus responsables, et supporter ce gavage.

 

Les marques participantes encouragent une overdose légale de consommation, démontrant la contradiction structurelle entre leurs discours et leurs conduites.

 

Le Black Friday c’est l’apogée d’une société de consommation passée qui propose l’orgie en guise de morale. C’est une triste démonstration de la contradiction de marques prises entre volonté de changement et incapacité à résister aux stéroïdes de la consommation inutile.

 

Enfin, c’est la mondialisation par le pire qui soit et non le meilleur, tous unis à la « course aux bonnes affaires » pour stocker toujours plus l’inutile.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.