Fracture/Gilets Jaunes/ Marée Jaune/ Addition des colères/ Héros/ Homme à toutou faire/ Itinérance mémorielle-Macron Tour/ Peuplecratie

Les « réformes » « Le gouvernement lance une réforme au pas de charge », « une réforme de la justice contestée » en novembre. En septembre, « Macron braque les retraités », à cause notamment « de la hausse de la CSG, la non-indexation des pensions… » Autre motif d’insatisfaction, les « 80 km/h » sur les routes secondaires en juillet. Tout cela presque « en même temps », alors que le sort des « migrants » à bord de « L’Aquarius » divise la classe politique.

Une étrange comparaison Dans le JDD, en juillet, un conseiller présidentiel compare Emmanuel Macron à « Louis XIV » pour dire qu’à l’instar du roi « qui allait voir Tartuffe », le chef de l’État peut se permettre d’inviter des artistes inattendus pour la fête de la musique à l’Élysée. En mars, l’hebdo Marianne parlait autrement de la posture de monarque : « Macron, la tentation de la toute-puissance. »

Pas d’effet foot Si les Bleus ont bien battu les Croates le 15 juillet à Moscou, si on s’est amusé avec « Macron des villes et Didier Deschamps ». Le chef de l’État n’aura pas profité de cette « victoire bleue ». Le 18 juillet, Le Monde révèle les dessous de « la tâche », de « L’homme à toutou faire, Alexandre Benalla ». Le feuilleton de « l’affaire Benalla » démarre.

À partir de là, difficile pour le locataire de l’Élysée de prendre la main ! Face à la « fracture territoriale », il tente de renouer avec les maires. Il veut se relier à la « France populaire » et au « devoir de mémoire », il sillonne alors les lieux marquants de la Grande Guerre avec « l’itinérance mémorielle » du 5 au 11 novembre. Mais le contexte social et politique assombrit ce déplacement perçu comme un « Macron tour ».

Et, après la démission de « Hulot » du ministère de la Transition écologique, on suspecte « La Macronie » d’être « la terre des lobbys ». « Le coq, 2018 », Jane Bee En octobre, c’est la démission de « Collomb » à l’Intérieur.

« Macron décroche » Dès l’été, « Macron dé- croche » dans les sondages. Le mouvement des « gilets jaunes » démarre en novembre. Et chaque semaine d’action devient un « acte ». En 2018, nous en sommes déjà à « L’Acte 6 ». « Casseurs », « pillards », « vandales » viendront se- mer le chaos lors de ces rassemblements.

Dans ce climat de « jacquerie », de « tension », de « guerre civile », la France a besoin de « héros ». La « Génération Beltrame » naîtra pour saluer le geste du colonel Beltrame qui prend la place d’un otage lors de l’attentat de Trèbes le 24 mars 2018.

L’année « jaune » se termine sur une « impasse ». Actes à suivre !

par Jeanne Bordeau 
Fondatrice de l’Institut de la qualité d’expression

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.