Le constructeur japonais, devenu un des trois éléments de l’entente avec Renault et Nissan, a renouvelé en profondeur son SUV en le dotant de la motorisation hybride rechargeable maison. Le résultat est extrêmement convaincant.

Mitsubishi n’a jamais réalisé des performances commerciales époustouflantes dans l’hexagone. Le constructeur japonais a pourtant toujours fabriqué d’excellentes voitures sur des créneaux divers (citadines avec la Colt, berlines avec la Lancer et la Galant, Pick-up et 4×4 avec le L200 et le Pajero). Après avoir flirté avec divers constructeurs (Daimler, PSA, Isuzu, Nissan…) Mitsubishi Motors Corporation (filiale de l’immense conglomérat industriel japonais Mitsubishi) a rejoint l’alliance Renault-Nissan en 2016. Son gros SUV Outlander a rencontré un beau succès en Europe dans sa version hybride rechargeable (PHEV) depuis 2014. Mais le véhicule souffrait encore d’une présentation et d’un équipement un peu surannés (EcoRéseau Business, février 2016). Avec l’Eclipse Cross PHEV, le constructeur nippon franchit indéniablement une étape.

Redessiné, mieux équipé

La première mouture de ce SUV apparue en 2017 à Genève n’avait pas pleinement convaincu en raison notamment d’un design un peu chahuté (EcoRéseau Business, juillet 2018). La nouvelle version 2021 équipée de l’excellente motorisation hybride apparue sur l’Outlander en fait certainement la meilleure Mitsubishi produite depuis bien longtemps.

Cette fois-ci pas de faute de goût ou d’équipement. L’Eclipse est esthétiquement réussi, sans erreurs de style, avec une ligne qui, pour autant, le sort de l’anonymat. L’habitacle profondément revu est spacieux, très bien équipé avec notamment un affichage tête haute (de série dès le deuxième niveau de finition), un nouvel écran central de huit pouces, une planche de bord certes un peu datée mais lisible et complète, des commodos ergonomiques. À noter des sièges électriques (conducteur et passager) et chauffants (avant et arrière), les équipements de sécurité désormais habituels (alerte franchissement de ligne, régulateur de vitesse adaptatif, détection de collision, surveillance angle mort…), un double toit vitré ouvrant, une sono de grande qualité (mais une interface radio elle aussi antédiluvienne)…. 

Manque une charge par induction du téléphone mobile. En revanche un très bon point délivré pour le rangement des câbles de chargement dans un compartiment spécifique dans le plancher du coffre. Car rappelons-le, l’Eclipse Cross PHEV est comme son nom l’indique (Plug-in Hybrid Electric Vehicle) un hybride rechargeable. Un SUV à quatre roues motrices permanentes, d’un très grand confort et qui réserve un véritable plaisir de conduite… en silence.

Une motorisation très économe

Le système de motorisation est hérité de l’Outlander avec deux moteurs électriques principaux (avant de 82 ch et arrière de 95 ch) et un moteur thermique essence 2,4 L de 98 ch à l’avant qui intervient en renfort. Du coup, chose rare pour un hybride, on roule presque toujours sur le mode électrique, en tout cas en ville ou sur de courtes distances routières, avec, à la clef, une appréciable économie de carburant. Si besoin, on peut recharger sa batterie (lithium-ion de 300 V et 13,8 kWh) située sous le plancher, en roulant, pour forcer la charge mais cette fois-ci bien sûr moyennant une consommation accrue en carburant. Autre solution : brancher la voiture chez soi sur une simple prise domestique (entre 4 et 6 heures) ou en extérieur sur une borne de charge rapide (25 minutes pour récupérer 80 % de charge).

Cerise sur le gâteau, l’Eclipse n’offre pas moins de neuf modes de conduite ! D’abord trois modes automatiques, en plus du mode normal par défaut : les modes EV 100 % électrique jusqu’à 135 km/h pour une puissance cumulée de 95 ch ; hybride série pour une puissance cumulée de 177 ch et hybride parallèle, les moteurs thermique et électrique avant qui entraîne les roues avant et le moteur électrique arrière qui entraîne les roues arrière pour une puissance cumulée de 188 ch. S’y ajoute le choix des cinq modes de conduite du sélecteur manuel : Tarmac (conduite dynamique sur route asphaltée sèche), Gravel (sur terre), Snow (sur neige ou verglas), Normal (sur tous types de revêtements) et Eco. De quoi s’adapter à toutes les conditions de conduite et répondre à toutes les envies.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.